La Montagne magique

“1967. Ken’ichi, 11 ans, orphelin de père, passe l’été dans la ville provinciale de Tottori, en compagnie de sa petite soeur et de ses grands-parents. Bien que ce soit les vacances, l’ambiance est pesante : la mère de Ken’ichi vient d’être hospitalisée pour une grave maladie. C’est dans ce contexte de tensions et de menaces, alors que le garçon esseulé erre chaque jour sans but dans les ruines d’une bâtisse perchée sur la montagne de Tottori, réputé héberger des créatures fantastiques, que Ken’ichi vit une expérience extraordinaire. Il est “contacté” télépathiquement par une grande salamandre, captive d’un vivarium au musée local… L’animal lui propose un pacte : exaucer n’importe lequel de ses voeux si le garçon lui redonne la liberté et lui permet de regagner son royaume, sous la montagne du château, où jaillit une source merveilleuse… La sensibilité et l’humanisme de Taniguchi conjugués à la mémoire magique et éblouie de l’enfance : un enchantement.” [Texte d’intro sur le site de l’éditeur]

Jirō Taniguchi [谷口ジロー] pousse ici plus loin son expérimentation avec la bande-dessinée en créant délibérément, à l’instigation de Casterman, une histoire en format européen (grand format cartonné, tout en couleur, sens de lecture occidental). Le résultat est très différent de ce qu’on a l’habitude de voir chez lui, puisque le style européen (couleur, composition plus claire) domine nettement sur les caractéristiques du manga qui prévalent habituellement. Cela semble se faire un peu au détriment du détail et de la précision qui lui sont de coutumes, probablement à cause du format plus grand qu’à l’usuel. L’ouvrage inclut une introduction écrite par Taniguchi et se conclut sur une interview avec lui—toutes les deux sont fort intéressantes.

La Montagne magique [魔法の山 / Mahō no yama], a été sérialisé en 2006 dans le magazine Young Jump de Shueisha, avant d’être publié par Casterman en 2007. On y retrouve vraiment tout les thèmes chers à Taniguchi: la vie quotidienne, la nature et les animaux, les souvenirs d’enfance en partie autobiographique, la nostalgie et le deuil, le retour au village natal, la montagne, etc. À cela il ajoute l’émerveillement et les craintes de l’enfance, qu’il traite avec une touche de fantastique, comme il l’avait fait précédemment avec Quartier Lointain. La thématique vaguement écologique et la visite “magique” auprès de la mère malade n’est pas sans rappeler (un peu trop peut-être?) Tonari no Totoro (Mon Voisin Totoro) de Hayao Miyazaki.

Malgré ses faiblesses, La Montagne magique est un superbe album qui offre la simplicité un peu naïve d’un conte pour enfant. Il n’a pas la profondeur d’un Quartier Lointain mais ce n’est pas surprenant puisque c’est une oeuvre plus courte, qui s’addresse à un public plus jeune. C’est sans doute l’ouvrage idéal pour établir un rapprochement entre les genres et faire découvrir le manga aux amateurs de BDs (et vice-versa).

La Montagne magique, par Jirō TANIGUCHI. Casterman, 2007. Couleur, 22 x 30.4 cm, 72 pgs. 14,00 € / $29.95 Can. Recommandé pour jeunes (7+). ISBN: 978-2-203-00322-4.
Mahō no yama © Jiro Taniguchi, 2005. © Casterman, 2007 pour la traduction française. Tous droits réservés pour tous pays.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *