Monthly notable news (W12-16)

Another month (or so) has passed at lightning speed. Lots of stuff to do, particularly now that spring has come. We had plenty of rain at first, however now the weather is more enjoyable but still a little chilly. The humidity has made my left knee (and a bit my right ankle) hurt and, for a week, my back pain came back with a vengeance — libraries can be hard work sometimes (and not only for the soul; although it can be amusing too). I also had an episode of high blood glucose and I feared I would become a full-blown diabetic but it returned to my pre-diabetic “normal” after a week. This is no work for old men…

It has been a busy month. We’ve visited the notary twice for mom’s succession paperwork and there was plenty of work around the house particularly for the garden cleaning. I also had to deal with many unexpected problems: some strange Bell bug kept me from my blog for a week and I had some leaky roof, front door handle and water heater issues (the latter two just this weekend). Installing two more Outdoor Nest Cams (as one of my cheap IP cameras died following water damage inside the window) has been a strain on the Bell Wi-Fi causing serious performance problems. I’ll probably solve this issue by going back to Videotron, but only for the internet (I’ll share my sister’s).

A question on FB made me look back at my collection of old books and share my love for them. I also purchased a new Telephoto Mirror Lens for my camera. My TV viewing habits didn’t change much. I still watch too much TV: the new season for old series (When calls the Heart, Into the Badlands, Doctor Who) but two series are particularly worth mentioning for their quality: Anne and The Expense (and its beautiful opening credits with Norwegian vocals — listen on Soundcloud and Youtube). I also wanted to go see Ghost in the Shell in theatre but the reviews were not too good so I decided to wait. However, I’ll definitely won’t miss the Valerian‘s movie when it is released!

I have always considered blogging (and writing in general) as an essential mental exercice (as much as my daily walks) to keep in shape, the mind sharp and age better. However, now I have some doubt. It sometimes feels like a strain since I have less and less time to do it. I have to split my waking hours between my wife-together time, my me-time and work (from which I always come back exhausted). Lately, I had lots of problems with the blog (the Dropbox issue, not being able to log in for an entire week) and it leaves me with the dilema of having to choose between fixing the layout on the old posts or writing new material (or try to do both and be unhappy with the result). I just wonders if it is really worth it.

Maybe I should try less to DO something and just take more time to enjoy life right now (going to movies, to the museums, to the botanical garden, READ more, etc.) without always thinking about sharing it, what I would say about it, which angle I could use to explain the subject better or tell an interesting story about the whole experience. My health won’t improve with the years and I am quite sure that there is less road in front of me than behind, so maybe I should just take the most of it and enjoy the moment. Who’s reading me anyway. Although, I often say that I am writing for myself, so I can read what I wrote one day and remember how it was (particularly when I would not remember it at all). It is just like a journal left adrift in the binary stream of time, to create some sort of posterity.

Both ways seem kind of selfish: if I do write I feel guilty of not doing more of my life and, if I don’t, I feel I am letting myself down. Either way it is a losing battle. •Sigh* It’s the age-old depressing philosophical question: Did I ever really lived and did it really matter? I can only press on and hope for the best.

Finally, I nevertheless managed to stay acquainted with the (ever so depressing) affairs of the world and gathered a few notable news & links — which I share with you (in both french or english, and roughly divided into a few thematics), after the jump.

[ Traduire ]

Continue reading

Absurdity of the day (#02017046)

I always did my best to be a good person, to help people whenever I could or at least to never intensionally hurt someone. Therefore, it hurts me deeply to see so many people lately who are either so mean that they really don’t care about the wrong they are inflicting to others or that they are so stupid that they don’t even realize the harm that they are inflicting. Isn’t there any good will, any justice, any fairness, any common sense left in the world? It seems that today’s world is governed only by the absurd! Has this farce lasted long enough?

[ Traduire ]

Vaccination des employés

Je suis tombé sur un intéressant article dans le journal 24h (section “Jobill!co – Emploi-Formation” du mardi 3 mai 2016) qui affirmait que “la vaccination en milieu de travail est de plus en plus populaire.” Je trouve que c’est une excellente idée surtout dans les secteurs où les employés côtoient le public, et encore plus si celui-ci est composé d’enfants comme c’est le cas dans les bibliothèques publiques. Cela permettrait non seulement de protéger les employés—tout en diminuant l’absentéisme, mais aussi —surtout— de protéger le jeune public.

J’aime bien ces affirmations:

Un employeur a l’obligation, en vertu de la Loi sur la santé et la sécurité du travail du Code civil du Québec et du Code criminel de s’assurer de la santé et de la sécurité de ses employés. (…)

La vaccination des employés est donc un geste de générosité et d’altruisme qui a des impacts positifs”.

Il ne faut cependant pas se leurrer: c’est une bonne idée pour le secteur privé mais cela ne fonctionnerait probablement pas dans le secteur public. Ainsi, même si je trouve que cela serait souhaitable, je doute que la Ville de Montréal n’offre un jour la vaccination à ses employés des bibliothèques publiques. Coûteux, compliqué à organiser et trop évident… pour la ville. Générosité? Altruisme? On peut toujours rêver!

[ Translate ]

Réflexions avant un autre petit saut de puce

Ces derniers temps je n’ai guère écrit sur ce blogue, me contentant de la solution facile des photos de chats et de fleurs. J’ai totalement échoué dans ma résolution de l’année (mais où est-elle donc passée cette année qui pourtant s’achève bientôt?). J’ai encore écouté trop de télé, pas assez lu et pas assez écrit de commentaires de lecture. My bad.

Il faut dire que mon dernier saut de puce pour rapprocher mon travail de la maison a été un peu malheureux. J’avais le souvenir d’une belle bibliothèque super organisée mais, hélas, c’était devenu une vrai maison de fou par la faute de trop de changements de direction et de “coupures” subtiles. C’est le problème des petites bibliothèques quand on s’imagine que la culture doit être un service rentable. Trop peu de personnel et de trop grandes attentes (des stats, des stats, plus d’activités et que ça saute!). Je me sentais toujours à la course, hors d’haleine psychologiquement. Et c’était devenu pire ces derniers temps. J’étais physiquement et moralement épuisé. A bout, je n’en pouvais plus. Imaginant toutes les possibilités pour me sortir de là: de la mutation en fonction supérieure (agent de bureau, chargé de rédaction et de diffusion, préposé à l’information policière, etc.) à aide-bibliothécaire dans un arrondissement plus proche, et même une année sabbatique. Plus d’une cinquantaine d’emplois postulés dans les dernières années sans le moindre succès. Ces dernier temps, le stress était si fort que j’avais de crampes dans les épaules et dans le cou. J’avais aussi parfois un sommeil troublé et peu réparateur. Tout ça me laissait trop peu d’énergie pour vraiment être productif.

Faute de pouvoir me perdre dans la lecture, j’échappais à l’implosion en rêvant que je gagnais à la loterie et prenais une retraite anticipée, ou que je dénichais l’emploi de rêve. Dans mon cas, ce serait de m’occuper d’un blogue de lecture pour les bibliothèques de la ville, où les bibliothécaires et les usagés commenteraient et discuteraient de leur lectures, épicé de bibliographies thématiques et de toutes sortes d’information dont le but serait de promouvoir l’imposant catalogue du réseau des bibliothèques et ses outils de recherche. Malheureusement, il existe déjà une sorte de bloque pour les bibliothèques de la ville mais il laisse beaucoup à désirer. De toute façon, ce genre de projet n’est jamais confié à des sbires de bas étages comme moi (même si j’ai plus de scolarité et d’expérience de gestion que la plupart des bibliothécaires). Mais on peut toujours rêver. Je me contente donc de faire mon propre blogue de lecture (aussi peu populaire soit-il).

Étrangement, quand je touche le fond du baril je fini toujours par m’en sortir. Il faut croire que quelqu’un veille sur moi (not really) ou que ma balance de karma était due. Cette semaine, on m’a appelé pour une mutation dans une bibliothèque situé dans le même arrondissement où j’habite. je vais commencer en janvier. Yatta! Bull’s eye!

Un autre saut de puce donc. Ce genre de changement est toujours un peu angoissant mais le changement est vraiment bienvenu. Ça ma l’air d’une bonne place pour être heureux tout en faisant partager mon amour de la lecture et des livres — non: de la connaissance, du savoir! Je ferais bien quelques années là avant d’envisager le prochain saut de puce. De toute façon il ne reste plus que treize ans et demi à faire (sept-cent-trois semaines — ou moins, si les libéraux tiennent leur promesse) avant une retraite bien méritée où je pourrais écrire à volonté et lancer de nouveaux projets d’éditions…

Avec ce renouveau d’optimisme et la réalisation que la vie est bien trop courte (le décès de mon père n’y étant pas étranger), je tente un dernier effort pour ne pas faire de ma résolution annuelle une perte totale. On va donc essayer d’écrire un peu plus. So many books and so little time!

Ça tombe bien parce que ces dernières semaines j’ai travaillé sur un petit essai traitant des genres littéraires (à raison de quelques heures par jour, surtout le week-end). J’espérais finir en fin de semaine mais il m’a fallut donner un peu de temps aux derniers préparatifs de l’hiver sur la maison. En prenant ma marche de santé cette après-midi, je me suis décidé à le scinder en deux. En voici donc la première partie. La seconde suivra bientôt si tout va bien.

Wish me luck!

[ Translate ]

Observations irritantes

L’absurdité, l’inconsistance, la stupidité m’irritent, me frustrent et me causent de l’urticaire pour lequel la lecture et l’évasion vers d’autres mondes imaginaires ou réels, offrent un baume calmant. De plus, le fait que les gens ignorent résolument le gros bon sens m’exaspère au plus haut point…

Tout au long de la journée mes observations m’ont amené ces quelques réflexions (après le saut de page):

  • L’autobus 41 de 10h32 passe à 10h29 et je la manque. Quelle est l’utilité d’avoir un horaire s’il n’est pas respecté? Du retard, je peux comprendre, mais de l’avance c’est absurde!
  • J’aperçois un policier seul dans son auto-patrouille qui parle sur son cellulaire au volant. Faite ce que je dis et pas ce que je fait, c’est ça? Et dire qu’un gars a eut une contravention pour avoir regarder son Apple Watch au volant de sa voiture!
  • Dans l’autobus, je vois une dame avec de beaux ongles très long (3/4 de pouce, je le jure!). Je me demande bien quel genre de travail qu’elle peut réussir à faire avec de tel ongles…
  • Au travail, encore une fois il y a une femme dans la toilette des hommes (qui est aussi pour handicapé, alors elle est spacieuse et le monde semble la préférer pour cette raison). Mais si je m’avisais d’aller dans la toilette des femmes (qui contient deux ou trois places contrairement à celle des hommes qui est monoplace) je suis sûr que je me ferais recevoir à grands coups de sacoches! Comme disait Calimero, “la vie est vraiment trop injuste!”
  • Presque tous les jours il y a une dame dans la section jeunesse de la bibliothèque qui y passe la journée — tout en gardant un oeil très distrait sur ses enfants tapageurs — à réciter son chapelet! Parfois à voix haute. On la tolère sans problème. Par contre, si jamais une personne étendait son tapis de prière et se mettait à prier silencieusement vers La Mecque, elle se ferait sûrement éjecter dans le temps de le dire. Double standard plutôt embrassant…
  • J’ai horreur de la répétition. Je n’aime pas avoir à me répéter et aime encore moins quand on me répète les même affaires plusieurs fois…
  • En vieillissant, je ne suis plus très apte au multitasking, alors je n’aime pas qu’on me parle quand je suis en train de faire autre chose (une tâche, ou alors quand je regarde la télé ou suis en train de lire). C’est le moindre respect que d’attendre que je finisse ce que je fais et que je porte mon attention sur vous devant de m’interrompre dans mon activité. Et comme je suis un peu sourdingue, je ne peux pas entendre deux sons qui proviennent de sources différentes. Alors si vous me parlé alors que j’essai d’écouter autre chose, les deux s’annulent et je ne comprend rien! C’est très frustrant.
  • Il y a a une affiche sur la porte de la bibliothèque qui demande aux gens du parc et de la pataugoir d’utiliser les toilettes du chalet du parc et non celles de la bibliothèque. Bien sûr, l’affiche est largement ignorée…
  • Sur les trottoirs, dans les couloirs du métro ou dans les escaliers mécaniques on doit circuler comme sur la route, en gardant la droite!
  • Dans le métro, on se tient sur les côtés des portes pour d’abord laisser sortir les gens!
  • Dans le métro, on sort par les tourniquets indiqués comme sorties pour laisser les entrées libres pour ceux qui entrent!
  • Sur l’une des rues près de chez moi, sur le chemin de retour de l’autobus, il y a une signalisation indiquant qu’à cause de travaux il est interdit de se stationner ou d’arrêter. Et, bien sûr, tout les espaces de stationnement sont plein!
  • Dans mon quartier, les automobilistes font rarement leur arrêts et les cyclistes ne les font jamais. C’est plutôt dangereux!
  • Dans mon quartier, les gens lavent leur entrées de garage, le trottoir et leur voiture au boyau d’arrosage faisant fi de la règlementation qui exige la préservation de l’eau.

Cela ne sert absolument à rien d’avoir des règles si elles ne sont pas respectées et si on ne les fait pas respecter. On n’a que deux choix: respecter les règles ou les changer. On ne peut pas les respecter seulement quand cela fait notre affaire! Sinon c’est le bordel et la société devient complètement dysfonctionelle.

Bon, ça fait du bien tout ça.

[ Translate ]