Vaccination des employés

Je suis tombé sur un intéressant article dans le journal 24h (section “Jobill!co – Emploi-Formation” du mardi 3 mai 2016) qui affirmait que “la vaccination en milieu de travail est de plus en plus populaire.” Je trouve que c’est une excellente idée surtout dans les secteurs où les employés côtoient le public, et encore plus si celui-ci est composé d’enfants comme c’est le cas dans les bibliothèques publiques. Cela permettrait non seulement de protéger les employés—tout en diminuant l’absentéisme, mais aussi —surtout— de protéger le jeune public.

J’aime bien ces affirmations:

Un employeur a l’obligation, en vertu de la Loi sur la santé et la sécurité du travail du Code civil du Québec et du Code criminel de s’assurer de la santé et de la sécurité de ses employés. (…)

La vaccination des employés est donc un geste de générosité et d’altruisme qui a des impacts positifs”.

Il ne faut cependant pas se leurrer: c’est une bonne idée pour le secteur privé mais cela ne fonctionnerait probablement pas dans le secteur public. Ainsi, même si je trouve que cela serait souhaitable, je doute que la Ville de Montréal n’offre un jour la vaccination à ses employés des bibliothèques publiques. Coûteux, compliqué à organiser et trop évident… pour la ville. Générosité? Altruisme? On peut toujours rêver!

[ Translate ]

Entente Cols Blancs

Pour ceux que ça intéresse, les cols blancs se sont réunis en assemblée générale mardi soir pour évaluer et entériner les recommandations de la médiatrice concernant la négociation de leur convention collective et de leur régime de retraite avec la Ville de Montréal.

L’entente proposée n’était pas très bonne mais c’était probablement la meilleur qu’ils pouvaient obtenir. L’alternative aurait été une grève générale qui aurait possiblement durée des mois pour finalement aboutir par se faire imposer les conditions de travail par la ville (conséquence du pacte fiscal entre le gouvernement du Québec et les municipalités).

Malgré de nombreuses pertes (principalement une réduction des congés mobiles de 39 à 21 heures (-46.2%), le coût plus élevé des cotisations de retraite et d’assurance salaire de longue durée, des désavantages pour les fonctions supérieures, etc.) cette entente préserve néanmoins de très nombreux acquis. L’employeur visait à couper 12% de la masse salariale des cols blancs et n’a réussi en fin de compte qu’à la réduire de 6%(ce qui était probablement son objectif de toute façon — en fin négociateur Coderre demandait sans doute le double de ce qu’il désirait obtenir).

Après une longue (et houleuse) assemblée de près de quatre heures (où l’exécutif a présenté la proposition d’entente et où les membres ont posé de nombreuses et longues questions — pas toujours pertinentes), les cols blancs présent à l’assemblée ont voté à 81.4% en faveur de la proposition de la conciliatrice (2146 pour, 472 contre et 17 bulletins rejetés [total de 2635 votes], ce qui représente en fait que 53.7% des ±4000 cols blancs qui étaient présent au début de l’assemblée générale et seulement 26.8% des huit mille membres du syndicat des fonctionnaires municipaux de Montréal).

Continuez après le saut de page >>

Ce qui est important de savoir c’est surtout quel impact les concessions faites dans l’entente auront sur les hausses salariales. Le tableau ci-dessous résume le tout:

En conclusion, les cols blancs se retrouvent avec une augmentation moyenne de 1.14% par année (7.95% sur sept ans), ce qui n’est pas trop loin du 1% par année qu’ils ont l’habitude d’avoir (et qui n’est malheureusement que la moitié de ce qui serait nécessaire pour simplement indexer le salaire au coût de la vie, qui lui se maintient annuellement autour de 2% par année — on ne peut donc pas vraiment pas d’ “augmentation”) [sur ce sujet voir aussi: Beauce Média, Canoe.ca et Banque Nationale].

L’entente n’offre aucun gain, pas trop de pertes et rien de neuf sous le soleil en ce qui concerne les augmentations salariales. Toutefois, c’est une entente qui est pas mal moins pire que ce à quoi je m’attendais, donc une entente somme toute acceptable (pour toutes les parties).

Pour terminer, j’en profite pour féliciter l’exécutif du SFMM pour son travail. Ils ont travaillé fort pour obtenir une médiation qui a abouti à cette entente — qui deviendra très bientôt une nouvelle convention collective.

[ Translate ]

Cols blancs: dures négos en perspective

La loi 3 a été passé malgré les protestations des syndicats et des journées de deuil (lire grève) qui n’ont pas été sans un aspect ludique (voir le jeu “Perdant à vie”)! La lutte se poursuit mais cette fois devant les tribunaux

Il est donc temps maintenant de se tourner vers la négociation de notre convention collective (échue depuis décembre 2010 et prolongée pour une année jusqu’en décembre 2011). Dans un récent communiqué, intitulé “Négociations: l’hiver sera froid”, le syndicat des fonctionnaires municipaux de Montréal (SFMM) nous faisait un compte-rendu de la première rencontre de négociation “sérieuse” avec la ville qui a eut lieu le 8 décembre. Les nouvelles ne sont pas bonnes et il semble que nous devrons faire face à de dures négociations…

En effet, la ville en a profité pour déposer son nouveau cahier de demandes. Elle désire maintenant réduire la rémunération globale des employés cols blancs de 12 % ! Pour y parvenir la ville tentera d’augmenter les heures travaillées en plus de diminuer le coût des avantages sociaux. Si il n’est pas encore clair ce qu’ils veulent dire pas “augmentation des heures travaillées” (nous faire passer à quarante heures par semaine?), il est évident que la ville va tenter, comme c’est le cas pour nos collègues provinciaux, de revenir sur plusieurs de nos acquis tels que nos vacances, congés mobiles et congés de maladie! Et, comme si c’était pas assez, en plus des ajustements de retraite apportés par la loi 3, la ville exige un nouveau partage du régime d’assurance!

>> Cliquez ici pour lire la suite

Je suis bien d’accord que la situation économique mondial appelle certaines mesures d’austérité mais il faut tout de même pas exagérer! Il faut quand même vivre! Ça m’enrage que la ville et le gouvernement joue sur l’idée préconçu qu’après tout les fonctionnaires ne travaillent pas assez et sont trop payés! Je ne sais pas pour les cols-blancs qui travaillent dans les bureaux mais moi je sais que mon travail se rapproche plus souvent qu’autrement de celui d’un col-bleu que d’un travailleur de bureau: je passe me journée à courir et à transpirer. Non seulement le manque de personnel rend la cadence infernale mais en quinze ans nos augmentation salariale ont toujours été en-dessous de l’augmentation du coût de la vie! Ce qui veut dire que, en dollars constant, notre salaire BAISSE d’année en année. Et on veut nous faire travailler plus pour moins en coupant encore nos augmentations, nos retraites, nos assurances, nos bénéfices sociaux ?! Mon salaire baisse et autour de moi tout augmente: mes taxes, le coût de l’électricité, de la bouffe, du transport en commun… Où est-ce que cela va s’arrêter?!

Je veux bien faire des sacrifices mais je ne veut pas qu’on me coupe, par décret ou par loi, ce qui a été négocié en bonne et due forme comme pour les retraites. La ville doit négocier de bonne foi. Et avant de me demander à moi, au bas de l’échelle, de faire des sacrifices ne serait-il pas mieux d’avant tout faire des coupures dans une infrastructure enflée et dans les gros salaires des gestionnaires? Est-il bien nécessaire d’avoir des salaires dans les six chiffres à la ville? Et d’avoir autant de représentant municipaux ? En effet, si l’on compare Montréal à d’autres grosses villes nord-américaines comme Toronto et New-York, nous avons à Montréal deux fois trop d’élus! Montréal (avec une population de 1,7 millions sur une superficie de 365.12 km2, divisée en 19 arrondissements) a 20 maires et 103 conseillés municipaux (65 au conseil de ville et 38 au conseils d’arrondissements) alors qu’une grosse ville comme New-York (population de 8.3 millions sur une superficie de 789 km2, divisée en 5 arrondissements) n’a qu’un maire et 51 conseillés! Toronto, quand à elle, avec 2.6 millions d’habitants répartis sur 630 km2 n’a pour ses 6 districts qu’un maire et 45 conseillés. Alors, il est où le gras et le superflu? Il est dans les arrondissements! C’est là qu’il faudrait d’abord couper avant d’éliminer des services et de réduire nos salaires! Mais ce n’est là que mon humble opinion…

[ Translate ]

Cols blancs de Montréal en grève le 2 décembre

Conformément au mandat de grève voté en assemblée générale le 21 octobre dernier, le syndicat des cols blancs de la Ville de Montréal (SFMM) ira de l’avant avec une journée de grève générale de 24 heures contre le projet de loi 3.

En accord avec les dirigeants de la Coalition syndicale pour la libre négociation, les cols blancs de Montréal (incluant Dorval, Ville Mont-Royal, Kirkland et Westmount) iront donc en grève le mardi 2 décembre prochain. Consultez le site du syndicat pour de plus ample détails.

[ Translate ]

Assemblée extraordinaire des cols blancs de Montréal

Le syndicat des cols blancs de la Ville de Montréal (SCFP-429 / SFMM) convoque ses 8000 membres en assemblée extraordinaire, le 21 octobre (18h30, au Complexe Sportif Claude-Robillard) afin de voter sur des moyens de pressions pouvant aller jusqu’à la grève. (Voir le communiqué complet et l’avis de convocation)

Pour plus d’information sur les enjeux, vous pouvez consulter l’article sur le site du SCFP-Québec, le mémoire du SCFP sur les régimes de retraite, le document d’information de la Coalition pour la libre négociation, et le document de synthèse du projet de loi 3.

Plus d’information syndicale

Mon collègue Zénodotus et moi-même venons de mettre à jour le Canardo Pressé, un site d’info syndicale pour les aides-bibliothécaires et bibliotechniciens/nes de Montréal, avec de l’information sur comment nous contacter afin de partager des nouvelles, la célébration de la Journée Internationale des femmes et la Formation “Prendre en main sa retraite”.

Mais l’information la plus importante concerne des coupures d’heures aux bibliothèques de CDN/NDG et la pétition qui s’y oppose.

S.v.p., démontrez votre opposition à ces fermetures de bibliothèques dans CDN/NDG et votre support aux aides-bibliothécaires et bibliotechniciens/nes affectés par ces coupures d’heures en signant la pétition “Ne fermez pas nos bibliothèques / Don’t close our Libraries” !

[ Translate ]

Ultime note syndicale

J’ai décidé que dorénavant je ne traiterais plus de syndicat dans mon blogue. Je le réserve plus pour mes commentaires littéraires, cinématographiques ou technologiques, et tenir une chronique des faits marquants de l’actualité (politique ou scientifique) ou de la vie de tout les jours (la mienne ou celle des autres).

De plus, j’ai aussi décidé de cesser d’être représentant syndical (pour le local 429 (SFFM) du SCFP). Je sais c’est dommage car il y a un réel manque de représentation pour les bibliothèques mais ces temps-ci j’ai vraiment trop de choses à faire dans ma vie personnelle (et j’accorde déjà à mon travail environ cinquante-cinq heures par semaine en comptant les heures de repas et de transport) de sorte que je ne crois pas que je pourrais faire un bon travail de représentant (selon ma satisfaction). J’avoue aussi avoir été un peu déçu et frustré par la chose syndicale (c’est difficile d’y faire bouger les choses et ce n’est pas toujours un environnement très vertueux). Et je ne veux pas non plus trop ambitionner sur ma santé tant physique que mentale! Mais, bon, je serai tout de même toujours disponible pour donner des information et des conseils à mes collègues, ou faire suivre l’information et les requêtes auprès du syndicat…

D’ailleurs, un collègue (Zenodotus) qui a récemment reprit le site d’information syndicale alternative “Le Canardo Pressé”, m’a demandé si je ne voulais pas me joindre à lui pour animer le blogue. J’y songe. J’y avais déjà collaboré dans le passé et ce serait une bonne manière de continuer d’informer les collègues des bibliothèques sur l’actualité syndicale. Mais, bon, on verra…

[ Translate ]