Monthly notable news (W12-16)

Another month (or so) has passed at lightning speed. Lots of stuff to do, particularly now that spring has come. We had plenty of rain at first, however now the weather is more enjoyable but still a little chilly. The humidity has made my left knee (and a bit my right ankle) hurt and, for a week, my back pain came back with a vengeance — libraries can be hard work sometimes (and not only for the soul; although it can be amusing too). I also had an episode of high blood glucose and I feared I would become a full-blown diabetic but it returned to my pre-diabetic “normal” after a week. This is no work for old men…

It has been a busy month. We’ve visited the notary twice for mom’s succession paperwork and there was plenty of work around the house particularly for the garden cleaning. I also had to deal with many unexpected problems: some strange Bell bug kept me from my blog for a week and I had some leaky roof, front door handle and water heater issues (the latter two just this weekend). Installing two more Outdoor Nest Cams (as one of my cheap IP cameras died following water damage inside the window) has been a strain on the Bell Wi-Fi causing serious performance problems. I’ll probably solve this issue by going back to Videotron, but only for the internet (I’ll share my sister’s).

A question on FB made me look back at my collection of old books and share my love for them. I also purchased a new Telephoto Mirror Lens for my camera. My TV viewing habits didn’t change much. I still watch too much TV: the new season for old series (When calls the Heart, Into the Badlands, Doctor Who) but two series are particularly worth mentioning for their quality: Anne and The Expense (and its beautiful opening credits with Norwegian vocals — listen on Soundcloud and Youtube). I also wanted to go see Ghost in the Shell in theatre but the reviews were not too good so I decided to wait. However, I’ll definitely won’t miss the Valerian‘s movie when it is released!

I have always considered blogging (and writing in general) as an essential mental exercice (as much as my daily walks) to keep in shape, the mind sharp and age better. However, now I have some doubt. It sometimes feels like a strain since I have less and less time to do it. I have to split my waking hours between my wife-together time, my me-time and work (from which I always come back exhausted). Lately, I had lots of problems with the blog (the Dropbox issue, not being able to log in for an entire week) and it leaves me with the dilema of having to choose between fixing the layout on the old posts or writing new material (or try to do both and be unhappy with the result). I just wonders if it is really worth it.

Maybe I should try less to DO something and just take more time to enjoy life right now (going to movies, to the museums, to the botanical garden, READ more, etc.) without always thinking about sharing it, what I would say about it, which angle I could use to explain the subject better or tell an interesting story about the whole experience. My health won’t improve with the years and I am quite sure that there is less road in front of me than behind, so maybe I should just take the most of it and enjoy the moment. Who’s reading me anyway. Although, I often say that I am writing for myself, so I can read what I wrote one day and remember how it was (particularly when I would not remember it at all). It is just like a journal left adrift in the binary stream of time, to create some sort of posterity.

Both ways seem kind of selfish: if I do write I feel guilty of not doing more of my life and, if I don’t, I feel I am letting myself down. Either way it is a losing battle. •Sigh* It’s the age-old depressing philosophical question: Did I ever really lived and did it really matter? I can only press on and hope for the best.

Finally, I nevertheless managed to stay acquainted with the (ever so depressing) affairs of the world and gathered a few notable news & links — which I share with you (in both french or english, and roughly divided into a few thematics), after the jump.

[ Traduire ]

Continue reading

Old Books

I love old stuff, particularly coins and books. Unfortunately, I don’t have the enthusiasm of youth, the time to travel nor the money to collect them anymore. Old stuff is now rare, harder to find and, mostly, more expensive. So I have to make do with enjoying what I already have (and sometime sharing this pleasure with others).

Unlike some of my friends, I don’t have really rare stuff (one has a page from a Book of Hours or another has a 1661 french edition of Suetonius!) but I have just a little more than a dozen ancient books that I cherish. Some because they are history books or works of an ancient author, others just because they are old (and despite the fact they are insipid religious documents).

Inspired by a question I was asked on Facebook, I invite you to share my joy after the jump >>
Continue reading

Monthly notable news (W53-03)

The Holidays and the couple of weeks that followed were rather quiet. Thankfully, I had to deal with much less craziness at work. But that was only the eye of the storm and those depressing days (scientifically certified as such since Blue Monday fell on January 16th this year) are coming to an end. The days are getting longer and more shit will soon hit the fan. Of course, there’s also this endless American nightmare with everything Trump. I wish I could forget about all that and never hear about it again, but unfortunately that’s what the world has become now.

I am already getting behind in my writings, but I caught up a little with my TV and movie watching. Besides the restarting new seasons (mostly Call The Midwife, Colony, Endeavour, Father Brown, Homeland), the notable new additions are Victoria and Dark Angel (although those two have already ended) as well as the weird Young Pope (a young and reckless leader is unexpectedly elected to head the Church — a little reminescent of the whole “orange is the new black” American electoral fiasco — but it’s directed by Paolo Sorrentino, who gave us La grande bellezza) and the quite interesting Mercy Street, a medical period drama set at the Mansion House Hospital during the American Civil War.

I’ll try to reinvent myself this year (so much to do) and push forward even harder on the path to improve my temperament and expend my knowledge. That’s the only purpose one can have.

Despite everything, I tried to stay acquainted (a bit) with the affairs of the world. Here’s a “few” notable news & links that I came across this month and that I’d like to share with you, after the jump (in no particular order, in both french and english): Continue reading

Découverte: Marie-Antoinette, la jeunesse d’une reine

Sa véritable Histoire, pour la première fois en manga !

“Marie-Antoinette est l’une des personnalités historiques les plus adaptées en fiction. Sophia Coppola, Chantal Thomas ou Riyoko Ikeda… de nombreux créateurs ont donné naissance à un personnage en adéquation avec leurs idéaux.”

“Cependant, quand Fuyumi Soryo s’attaque au mythe, ce n’est pas pour reproduire une énième icône malmenée par la vision trop partiale de Stephan Zweig, mais pour restituer dans la réalité historique une jeune fille dénuée de tout artifice.”

“Avec la précision qu’on lui connaît déjà sur Cesare et grâce au soutien du Château de Versailles, ce n’est plus un simple manga, mais une plongée virtuelle au cœur de la cour au XVIIIe siècle que l’auteur vous offre. Que vous soyez adepte des fresques historiques, lecteur de manga ou tout simplement curieux de nouveauté, ne passez pas à côté de cette création ! D’autant plus que les Éditions Glénat, co-éditeur dans ce projet, auront la chance de publier ce titre en avant-première de sa sortie japonaise !!” (Texte du site de l’éditeur)

Hier, je regardais les nouvelles sur NHK World et on y présentait un reportage sur le tout dernier manga de Mars mais que j’admire tout particulièrement pour ANN, Le Monde) et que je croyais que Soryo travaillais à la suite de Cesare. La mangaka aurait-elle décidé de mettre fin abruptement à Cesare? D’autant plus que l’article de Dante Alighieri (poursuivant sur le sujet de la renaissance Italienne). Mais j’en doute: elle a probablement juste temporairement mis Cesare sur pause afin de travailler sur Marie-Antoinette, qui ne comporte d’ailleurs qu’un seul volume (un “one-shot” comme on dit).

Extrait des pages 10-11, 20-21, 24-25, & 40-41 (lire de droite à gauche):

(Vous trouverez aussi un extrait des cinquante premières pages sur le site de Glénat)

Marie-Antoinette (マリー・アントワネット) est un manga historique seinen qui a d’abord été pré-publié en feuilleton dans Morning (et son pendant digital: D Morning), un magazine hebdomadaire de Kodansha. Il a débuté dans le numéro 38 (18 août 2016) et s’est étalé sur quatre publications (se terminant dans le numéro 41). Chose rare, la publication en volume (tankōbon) s’est faite au Japon en septembre 2016 (ISBN 978-4-06-377337-8, 750円), soit quelques jours après la parution du volume en français!

Malgré certaines critiques négatives en France, on peut s’attendre à un ouvrage d’une grande qualité historique. Soryo est d’ailleurs reconnue pour la qualité de sa documentation, d’autant plus que le projet, co-publié par Kodansha et Glénat, est produit en collaboration avec le Château de Versailles, qui a ouvert ses portes et offert tout son soutient à l’artiste. Le magnifique style rococo qui caractérise l’époque sera donc fidèlement reproduit dans tous ses aspects: la mode, l’architecture, l’étiquette et les moeurs de la court royale, etc.

Si l’on prends pour exemple la qualité de son travail sur Cesare (tant les détails historiques que le travail artistique), on ne sera pas déçu. J’ai déjà commandé le manga et le commenterai dès que je l’aurai lu.

Marie-Antoinette, la jeunesse d’une reine, par Fuyumi Soryo. Paris: Château de Versailles / Glénat (Coll. Seinen), septembre 2016. 180 pg., 9.15 € / $14.95 Can. ISBN: 978-2-344-01238-3. Recommandé pour public adolescent (12+).

Pour plus d’information vous pouvez consulter les sites suivants:

MARIE-ANTOINETTE © 2016 Fuyumi Soryo / Kodansha Ltd.

[ Translate ]

Weekly notable news (week 34)

This last week was rather quiet and a good part of the notable news & links that I found interesting were related to the Montreal World Film Festival which is coming very soon. I’ve spent a lot of my spare time lately finishing my coverage from last year’s festival and preparing to cover its upcoming 40th anniversary edition.

Lots of people are bitching about the festival. Those people want a glamorous festival like Cannes or Toronto, but they really don’t understand the nature of the Montreal’s festival. I am not saying that the MWFF is without flaws (there are aplenty) but I am quite satisfied with what we have here: a quiet, fan-oriented festival that showcase film as an art-form and a vehicle of culture for film-makers from any country, of any age and of various skill levels. Toronto is a commercial festival. I don’t want to see stars that I can see everyday on TV or movies that will be released in theatres two weeks later. I want to see great stories and beautiful movies that I cannot see anywhere else but the MWFF. And there is plenty of stars there too: actors and directors from Japan, Portugal, Iran, Turkey, to name just a few places, and from all over Europe. That’s good enough for me. I just want to enjoy myself, to be amazed and I really don’t care about the politics of it all. I can’t understand why our various level of government want to punish movie fans and not support such a great festival.

[ Traduire ]

Weekly notable news (week 33)

Here are twenty-five notable news & links that I found interesting, amazing or plain weird (in no particular order & some in French) / Voici vingt-cinq nouvelles et liens notables que j’ai trouvé intéressant, étonnant ou tout simplement bizarre (sans ordre particulier et la plupart en anglais):

[ Traduire ]

Weekly notable news (week 32)

First, on a personal note: the last few months have been quite trying for me (the summer has zipped past in no time). On top of having to adapt to a new job at an even crazier library, I undertook some (expensive) renovations at home and managing the various team of workers was quite a challenge. And not only I sprained my ankle (with a small fracture) so I had to wear a pneumatic cast for over a month (still do) but I also had to suffer another painful medical problem (won a free game in our pinball’s medical system). And I broke my glasses this morning. It seems that I am in for another anus horribilis. All this left me exhausted physically, mentally and morally. I lost all patience I had left to deal with (stupid) people and the world (tired of Trump and all this violence). To quote Indiana Jones, I am really getting too old for this shit. Therefore, I didn’t write much lately. Sorry.

However, all is not lost. The weather has been beautiful in the last few days and I am starting to feel better (hopefully it will keep improving; think positive: life is good). In the last week or so, I’ve been trying to remedy to this unfortunate neglect in my blogger’s duty. And, since the film festivals season is at our doors, I am starting to put online my movie comments from last year’s MWFF, in order to build up the interest and anticipation (whether the festival happens or not). I hope it’s working.

As always, I also keep myself acquainted with the affairs of the world. So, here are a few notable news & links that I came across this week (in no particular order):

And some Funnies…


Between Friends: Saturday, April 2, 2016

Rhyme with Orange: Monday, April 4, 2016

Ben: Saturday, April 16, 2016

Dilbert: Sunday, April 17, 2016

[ Traduire ]

Cesare (11)

“ C’est à l’abbaye de Fiesole que Giovanni reçoit ses insignes cardinalices avant de rejoindre Florence, où une foule joyeuse brave la pluie pour venir l’acclamer. Mais Lorenzo, qui attendait pourtant ce jour avec impatience, n’assiste pas au spectacle : cloué au lit, rongé par la maladie, il observe d’un œil inquiet les agissements de son fils Piero, grisé par le succès de son cadet.”

“L’heure est donc venue pour chacun de quitter les bancs de l’université et de suivre son propre chemin. Tandis que Cesare s’emploie à soutenir son père depuis Pise, Angelo, lui, part pour Rome afin d’assister le jeune Médicis dans ses débuts à la Curie…”

“Fuyumi Soryo lève le voile sur le destin hors du commun de l’énigmatique Cesare Borgia dans un manga d’une richesse historique rare, tout simplement passionnant.”

[ Texte de la couverture arrière ]

Continuez après le saut de page >>

ATTENTION: Peut contenir des traces de “spoilers”! Les personnes allergiques à toutes discussions d’une intrigue avant d’en avoir eux-même prit connaissance sont vivement conseillé de prendre les précautions nécessaires pour leur sécurité et devraient éviter de lire plus loin.

Le onzième volume (série en cours) de Cesare: Il creatore che ha distrutto (チェーザレ 破壊の創造者 / Chēzare – hakai no sōzō-sha / lit. “César [Borgia]: le créateur qui détruit”) a été prépublié en feuilleton dans le mensuel de Kōdansha Morning avant d’être compilé en tankōbon (volume) en janvier 2015. La version française est parue en septembre 2015 chez Ki-oon. Pour plus de détails sur cette série, vous référez à mon commentaire sur le premier volume. L’interval entre la parution de chacun des volumes semble s’accroître. En effet, alors que jusqu’à maintenant un volume paraissait à peu près tout les ans, près de deux ans s’est écoulé entre la sortie du volume 10 au japon et la parution de ce onzième volume. Combien de temps nous faudra-t-il attendre le volume 12?

Angelo et Giovanni de Médicis arrivent à Rome. Ils passent près du Castel San Angelo [ci-contre: p. 14] (ancien mausolée d’Hadrien) puis arrivent au Vatican [ci-dessous: pp. 16-17] (qui tire son nom d’une des collines de Rome), un vaste complexe architectural qui constitue le noyau de la future Cité du Vatican et qui inclus la Basilique de Saint-Pierre (construite par Constantin), le palais apostolique, les bureaux de la curie romaine et plusieurs autres bâtiments (dont la chapelle Sixtine). La précision et le détail du dessin des éléments architecturaux est étonnant. La représentation du Vatican tel qu’il était à la fin du Quinzième siècle (donc au plus fort du Rinascimento, i.e. la Renaissance) est particulièrement intéressante (cette reconstitution est sans aucun doute inspirée par le dessin de H. W. Brewer, réalisé en 1891).


Le jeune cardinal est immédiatement reçu par le Pape Innocent VIII. On l’instruit rapidement sur les charges qu’il devra occuper au sein de la curie. Le père de Cesare, Rodrigo Borgia, invite Angelo et Giovanni à une réception à sa résidence pour célébrer leur arrivé à Rome. Il y font la rencontre de la jeune et très jolie Lucretia qui possède toute la verve et l’acerbe réparti de son frère Cesare [ci-contre: p. 50]. Angelo ne perd pas de temps et écrit régulièrement à Cesare pour l’informer de ce qui se passe à Rome.

Cesare espère que le Pape fasse de Giovanni son légat. Cela accroitrait le pouvoir des deux familles alliées, les Médicis et les Borgias, permettant à Rodrigo Borgia d’avoir assez d’influence pour être nommé pape au prochain conclave et ainsi assurer l’ordre et la paix sur toute l’Italie. Malheureusement ses espoirs sont compromis par le décès de Lorenzo de Médicis, peu de temps après qu’il ait reçu la visite de Pico della Mirandola et de Savonarole!

Giovanni, dévasté par la nouvelle de la mort de son père, veut rentrer à Florence immédiatement — ce qui pourrait compromettre sa position à Rome — mais Rodrigo le convainc de rester. Tant Catherine Sforza à Forli, que son oncle Ludovico Sforza à Milan, ou même le roi Ferrante à Naples, s’inquiètent de l’effet de cette disparition sur l’entente tripartite entre Milan, Florence, et Naples. Tout repose maintenant sur la position que prendra le successeur de Lorenzo, son fils aîné Piero. Rodrigo charge Cesare de se rendre à Florence afin de présenter ses condoléances et aussi sonder Piero sur ses desseins. Il y apprend que Piero a peu de considération pour son peuple et que l’entente tripartite n’offre que peu d’intérêt à ses yeux, puisqu’elle est trop fragile pour durer de toute façon. Il préfère délaisser Milan pour se rapprocher de Naples. Il fait le pari que le soutient des Orsini lui permettrait d’avoir le support de Giuliano della Rovere, qui n’a pourtant jamais été très amical avec les Médicis et est un ennemi des Borgias — ce qui mettrait les intérêt des Médicis en opposition à ceux des Borgias!

Giovanni est finalement nommé légat pontifical auprès de la cité de Florence. Il pourra donc retourner vivre dans sa ville natale et se recueillir sur la tombe de son père. Angelo, devenu son homme de confiance, l’accompagne. Il rencontre Miguel, qui le met au courant des dernières intrigues politiques, dont la trahison de Piero envers les Sforza et la probable dissolution de l’entente tripartite. Alors que le pape Innocent VIII est alité et mourant, Rodrigo Borgia et Della Rovere ont un sérieux accrochage au sujet de qui sera la gardien de la clé du Castel Sant’angelo. Lors d’un bal, Lucrezia démontre encore son charme et qu’elle sait l’utiliser comme une arme redoutable. Pendant ce temps, Cesare se rend à Sienne pour une fête où il espère rencontrer le fils cadet de la maison de Gonzague de Mantoue, Giovanni Gonzague, afin de tenter un rapprochement et d’obtenir le soutient de Venise. Cela compenserait peut-tre pour la perte de l’alliance avec Florence…

Enfin l’histoire de Cesare cesse d’être centrée surtout sur Pise et l’intrigue politique commence à avancer plus rapidement. À ce point-ci du récit, les dix premiers volumes nous paraissent plus comme étant un vaste prélude qui visait à introduire les personnages et on sent que le récit débute vraiment, cette fois centré sur la ville de Rome. Si c’est le cas, Cesare sera sûrement une longue série!

Comme je l’ai dit précédemment, ce manga offre une grande constance tant dans la qualité du récit que dans son excellence graphique. D’une écriture brillante, il offre une histoire captivante où l’on sent que beaucoup d’efforts sont apporté afin de présenter un portrait le plus fidèle possible de l’époque. Toutefois la qualité la plus remarquable de ce manga est le fait qu’il est superbement illustré. Le dessin est très détaillé et précis, particulièrement dans le cas des éléments décoratifs et architecturaux qui enrichissent les arrières-plans. La qualité des planches semble même s’améliorer de volume en volume. L’auteur utilise sans doute de nombreux assistants pour peaufiner son travail et les délais de parution ne cesse de s’accroître, mais le résultat est tout simplement magnifique.

Même si ce récit de la jeunesse de César Borgia comporte inévitablement beaucoup d’éléments fictifs, cela n’en demeure pas moins une lecture passionnante pour les amateurs de manga historiques. C’est une façon agréable d’en apprendre un peu sur l’histoire de la papauté et de l’Italie. Cesare est donc un manga incontournable que je recommande au plus haut point.

Cesare: Il creatore che ha distrutto, vol. 11 (Undici), par Fuyumi Soryo (supervision: Motoaki Hara; traduction: Sébastien Ludmann). Paris, Éditions Ki-oon, septembre 2015. 13 x 18 x 2 cm, 220 pg., 7,90 € / $14.95 Can. ISBN: 978-2-35592-864-2. Lecture dans le sens japonais (de droite à gauche) et recommandé pour jeunes adultes (14+).

Pour plus d’information vous pouvez consulter les sites suivants:

Voir aussi mes commentaires sur les volumes précédents:


CESARE © 2015 Fuyumi Soryo / Kodansha Ltd. All rights reserved.

[ Translate ]

Découverte: Revue Collection Vol. 3, No 1

J’ai découvert par hasard cette semaine qu’un nouveau numéro de la revue Collections était maintenant disponible. J’ai déjà parlé de ce périodique à l’automne (dans le cadre de la première partie de mon essai sur les genres littéraires). Collections c’est une revue de la littérature d’ici pour les bibliothèques d’ici publiée par l’ANEL (l’Association Nationale Des éditeurs De Livres) sous forme imprimée et électronique (livrel). Publiée six fois l’an, chaque numéro de la revue “aborde (…) un thème spécifique, le tout dans un cadre visant à faciliter le développement des collections et la création d’activités par les bibliothécaires”.

Le plus récent numéro, le vol. 3 No 1 (publié en février 2016), est consacré à l’histoire et à la politique. Dans ce numéro “Découvrez tout ce qui se prépare sur le 375e anniversaire de Montréal, apprenez à connaître les personnages historiques à travers leur biographie, parcourez la liste des livres jeunesse, etc.” Ici il est moins question de littérature historique ou politique mais surtout de documentaires sur l’histoire et la politique: biographies de personnages historiques, l’histoire sociale au Québec, essais sur la société et la politique québécoise, etc. On parle tout de même de la politique et de l’histoire dans la fiction (pour adultes mais aussi pour la jeunesse).

La revue est disponible dans certaines bibliothèques et sur le site de l’Entrepôt du livre numérique de l’ANEL (en format PDF).

C’est une ressource très intéressante et pas seulement pour les bibliothécaires mais pour tout les intervenants et fervents de livre et de savoir.

[ Translate ]

Joséphine Impératrice (4)

“Pour permettre à Napoléon d’accéder à la gloire, Agathon devient officier de son état major. Il manque d’y perdre la vie, mais le jour tant attendu du couronnement arrive enfin. Mais, que réserve l’avenir au couple le plus célèbre de l’histoire ?”

“La dernière partie des aventures de Joséphine, la célèbre épouse de Napoléon!”

[ Texte du site de l’éditeur; voir aussi la couverture arrière ]

Continuez après le saut de page >>

ATTENTION: Peut contenir des traces de “spoilers”! Les personnes allergiques à toutes discussions d’une intrigue avant d’en avoir elle-même prit connaissance sont vivement conseillé de prendre les précautions nécessaires pour leur sécurité et ne devraient poursuivre qu’avec circonspection.

Joséphine Impératrice (薔薇のジョゼフィーヌ / Bara no Josephine / lit. “Les roses de Joséphine”) est un manga shōjo romantique et historique écrit par Kaoru Ochiai et illustré par Yumiko Igarashi. Prépublié en feuilletons dans Princess Gold, le magazine mensuel shōjo de Akita Shoten, entre septembre 2011 et décembre 2013, il a été compilé en un premier volume en mai 2012 et le quatrième (et dernier) volume est paru en avril 2014. Il a été traduit en français chez Pika Éditions au début octobre 2013. Un second volume a suivi à la fin octobre, puis un troisième en mars 2014 et, finalement, le quatrième volume français est paru en juillet 2014. Voir mon commentaire sur le premier volume pour plus de détails sur l’auteur et la série.

Le 9 mars 1796, Napoléon épousa Joséphine, au cours d’un mariage modeste à la mairie de Paris. Toutefois, comme Napoléon était en retard à cause d’une réunion d’état-major, le maire s’impatientât et quitta, ce qui fait que la cérémonie fut officié par l’adjoint du maire. De plus, Napoléon et Joséphine n’inscrivent même pas leur véritable dates de naissance (elle pour se rajeunir et lui pour se vieillir!). Deux jours plus tard, Napoléon et Agathon quittent pour faire campagne en Italie afin de libérer la Lombardie et le Piémont de l’occupation autrichienne. Agathon, en fin stratège, se fait accompagné d’un journaliste et d’un dessinateur qui rapporteront dans un journal parisien tout les faits et gestes de Napoléon en les présentant sous un jour favorable. En agissant ainsi Agathon espère se faire l’architecte de la gloire de Napoléon. Pendant ce temps, Joséphine est la coqueluche des salon parisiens et gagne le coeur tant du peuple que de la haute société [ci-haut: page 49].

Napoléon écrit régulièrement à Joséphine et lui envoie des trésors d’or et d’art provenant des tributs et du pillage de sa campagne. Toutefois, celle-ci ne lui répond pas ce qui inquiète le général et le distrait de son devoir militaire. Les conseillers du directoire et Agathon trouvent une solution en convainquant Joséphine de rejoindre Napoléon en Italie. Elle s’installe au palais Serbelloni de Milan. Il peut alors se consacrer au siège de Mantoue, où les Autrichiens résistent toujours. Avant leur départ, Joséphine remet à Napoléon et Agathon un foulard porte-chance. Mais Pauline, la soeur de Napoléon, voit Joséphine sortir de la chambre d’Agathon et assume qu’ils ont une liaison. Elle écrit donc une lettre pour en avertir son frère. Les relations de Joséphine avec sa belle-famille sont à leur pire et la mère de Napoléon jure de les séparer.

Jaloux de l’intimité dont Agathon jouit avec Joséphine, Napoléon l’envoi au front en tant que porte-étendard lors de la bataille du pont d’Arcole, espérant qu’il périsse. Quoiqu’il change d’avis, Agathon, pour protéger le général, ne lui laisse pas prendre l’étendard et est gravement blessé. Bien sûr, la propagande fera que l’histoire se souviendra que c’est Napoléon lui-même qui portait l’étendard. Dans son délire, Agathon murmure qu’il aura une mort digne et que Joséphine n’aura pas a rougir de son petit-frère. Bonaparte comprend alors son erreur: Agathon est le demi-frère de Joséphine ce qui explique l’affection qu’ils partagent! Lorsqu’Agathon se réveille, Eugène est a son chevet. Il a maintenant rejoint l’armée comme membre de l’état-major de Napoléon.

Après la bataille de Rivoli, le siège de Mantoue prends fin lorsque la ville capitule. Emporté dans son élan, Napoléon poursuit son offensive vers Vienne et obtient un traité de paix avec les Autrichiens. Il est de retour à Paris en décembre 1797 mais, six mois plus tard, comme l’Angleterre demeure en guerre, il repart faire campagne, cette fois en Égypte, afin de de couper le contact entre les anglais et leur riche colonie de l’Inde. Mais suite à l’incompétence du Directoire la marine française est anéanti par Nelson et Napoléon se retrouve isolé, sans ravitaillement, abandonné en Egypte. Pour faire face à une deuxième coalition et à la monté des mouvements royalistes contre-révolutionnaires, Bonaparte n’a pas le choix: il ignore ses ordres, fuit l’Égypte et rentre à Paris avec ce qu’il lui reste de troupe afin de renverser le Directoire grâce à son large support populaire! Le Directoire est dissous en décembre 1799 et Napoléon devint le premier consul de la République.


Napoléon achète pour Joséphine le chateau de Malmaison. Il commence alors son oeuvre politique pour consolider l’État et la société française: il signe des traités de paix avec le membres de la coalition, particulièrement avec l’Angleterre, il réconcilie la France et le Saint-Siège, publie le Code Civil, etc. Après plusieurs complots et attentats il doit réprimer l’opposition. Finalement, en 1804, à la demande du Sénat et avec l’approbation du peuple par plébiscite, Napoléon est nommé Empereur des français. Comme leur premier mariage civil n’était pas vraiment valide, Napoléon et Joséphine sont marié religieusement par le Cardinal Fesch. Napoléon peut alors, sans entrave, être sacré Empereur [ci-haut: pages 152-153].

En mars 1805, Napoléon est également sacré roi d’Italie et monsieur Eugène (fils de Joséphine) est nommé vice-roi (et sera également marié à la princesse Augusta-Amélie de Bavière). Napoléon nomme son frère, Louis (qui a marié le fille de Joséphine, Hortense), roi de Hollande. Son fils Charles est l’héritier en titre de Napoléon, mais sa mort prématuré, à l’âge de quatre ans, remet toute la succession en question. Sous la pression de sa mère, le cabinet demande à Napoléon de divorcer Joséphine afin d’épouser une princesse plus jeune et avoir un successeur pour garantir la sécurité et la stabilité de l’Empire. Napoléon résiste mais c’est Joséphine elle-même qui l’en convainc [ci-contre: page 168]. Elle conservera son titre d’impératrice et se retirera à Malmaison pour cultiver des roses (plus de 250 espèces — d’où le titre Japonais original du manga, Les roses de Joséphine) et des plantes exotiques du monde entier.

Napoléon épousera Marie-Louise d’Autriche, qui lui donna un fils, Napoléon II, qui ne règne jamais sur la France. Après son divorce, la chance de Napoléon tourne: une nouvelle coalition contre la France l’amène à une désastreuse campagne de Russie en 1812. Défait, Napoléon doit abdiquer et est exilé sur l’Île d’Elbe. La monarchie est brièvement restaurée.

Lors d’une visite du tsar Alexandre Ier à Malmaison Joséphine a un malaise (en fait, elle prend froid et attrape une pneumonie) et meurt peu de temps après (mai 1814). Ses dernières paroles furent pour Bonaparte. Après s’être échappé d’Elbe en mars 1815, Napoléon revint à Malmaison et pleura dans la chambre de Joséphine. Après un bref retour au pouvoir et sa défaite à Waterloo, Napoléon sera exilé à nouveau, cette fois sur l’Île Sainte-Hélène où il meurt en mai 1821. Ses dernières paroles auraient été pour Joséphine. Ils auront été amant jusqu’au bout…

Je dois avouer que la lecture de Joséphine Impératrice est une excellente façon de rafraîchir (très brièvement) ses connaissances sur l’Histoire de France. Et, dans l’ensemble, cette série est un magnifique exemple (par le thème mais surtout par son superbe style graphique) de manga shōjo. Toutefois, ce volume en particulier est un peu moins intéressant, car le récit est un peu précipité vers la fin. De plus, la véracité du détails des événements historiques (quoique l’essentiel est vrai il faut dire), des motivations des protagonistes ainsi que la caractérisation des personnages (je doute sérieusement que Joséphine ait accepté le divorce aussi gracieusement!) est plutôt suspect. Quoiqu’il en soit c’est une lecture agréable qui nous offre un très bon manga romantique et historique. A lire absolument!

Joséphine Impératrice, vol. 4, écrit par Kaoru Ochiai et illustré par Rumiko Igarashi. Boulogne: Pika Éditions, juillet 2014. 192 pgs, N&B, 11.5 x 18.0 x 1.4 cm, 7,50 € / $12.95 Can, ISBN  978-2-8116-1523-9. Sens de lecture japonais. Recommandé pour adolescents (12+).
Pour plus d’information vous pouvez consulter les sites suivants:

Voir aussi mes commentaires sur les volumes précédents:
Bara no Josephine © Kaoru OCHIAI / Yumiko IGARASHI / Visions 2014 / AKITA SHOTEN.

[ Translate ]