Edu-Manga: Anne Frank

“For two years, Anne Frank and her family lived in hiding from the Nazis in a secret annex. Though her young life was threatened on a daily basis, Anne channeled all of her fears and dreams into the pages of a private diary. Anne kept her hope for peace alive in the midst of the tragedy of war. Her indomitable spirit lives on to this day in the words of her very special diary.”

“Astro Boy can’t wait for you to meet this incredible young girl! Join him as he shares the day-to-day life of Anne Frank, her family, and the time they spent in the secret annex. Anne’s strength of spirit and joy in the face of impossible odds come together to create one of the most inspiring stories of our time.” (Text from the back cover)

Continue reading

Weekly notable news (w17-19)

Another few weeks have passed quickly without anything significant happening: More crazy weeks at works and rainy week-ends where I don’t feel I accomplished anything. I am tired and really need a longer vacation. Next week I’ll start a ten-day holiday where I’ll be able to rest (sleep late!), catch up on stuff (writing, work around the house), travel around (Ottawa’s Tulip’s festival, Quebec City, botanical garden, museums, the libraries book sale, bury my mother’s ashes, etc.) and, above all, completely forget about work for a while. Or so I thought!

In hope for greener pastures, I have applied for a new library job (more responsibilities, further from home, but a greater challenge for my skills and a much better salary). However, after a lengthy processus, they scheduled an interview right in the middle of my vacation and at nine o’clock on the morning of my BIRTHDAY! Not only they made me filled a psychological test online (it’s called “an inventory of personality” and it will probably reveal that I am a total psycho) but they didn’t even bother to reply when I asked if it was possible to reschedule, so I’ll do my best to be there and we’ll see. Que sera, sera.

The weather has really been lousy lately. May is supposed to be the nicest month of all (and not only because it’s my birthday). Overall, it has been cold and rainy. It even snowed a little last week. In may! Hopefully, it will not portend that the summer will be likewise, and it will soon improve (at least for my vacations, please!).

Something strange happened at the beginning of the month: out of the blue, one late afternoon, I started to smell a vague odour of gazoline in the basement. It didn’t come from the obvious source, the garage. Usually, such smell comes from the sewage (through a dried P-trap) or from a dead animal but, in this case, it seemed to come from the pit of the water-pipe entry. I called the city and was told not to worry, it was “probably” not toxic and might have come from some work on the pipes in the neighbourhood (I couldn’t locate any nearby). I cracked open a window and the next morning it was gone. I never knew what it was.

The unlucky streak didn’t stop there. Not only I broke a piece of tooth while eating a granola bar during my lunch break at work (and I am still waiting for the dentist to find some spare time for an appointment), but I also discovered that the damage to the rear balcony of the house is more extensive than I first thought. The supporting posts are not planted deep enough (they rest on concrete supports that are just on the surface while they should be in soil deep enough so it never freezes in winter — who are the morons who built this house?!) so the ground expansion due to the freezing is slowly ripping the balcony off the house. So much that it has now become worrisome. We will have to do the repairs sooner than expected and it will probably be quite costly! What an exciting boring life!

Again, I must remind myself not to let the outside world rattle my core. Carpe diem, my boy, carpe diem!

Finally, I managed to stay acquainted with some of the affairs of the world and gathered notable news & links of interest — which I share with you (in both french or english, and organized into a few basic categories), after the jump.

[ Traduire ]

Continue reading

Otaku & other popular (sub)culture phenomenons

Many elements of the Japanese teens subculture are generated, influenced or more often simply expressed by anime & manga: otaku, enjo kōsai (teenage prostitution), hikikomori, karōshi (overwork death), idols, cosplay (as well as various fashion styles like gothic lolita, kogal or ganguro), hentai (including yaoi [“Boys’ Love”, i.e. manga showing romantic relationships between male characters], yuri [“Girls’ love”], lolicon [underage love], panchira [panties shots] and burusera [stores for panties & school uniforms fetishists]), manga café, kawaii, moe — just to name the few that quickly come to mind. Also, Japanese (pop)culture is having (as it often had in the past, i.e. “japonisme”) a great influence on our western culture (and particularly, lately, on the teen pop-culture, with the so-called Japanification).

Therefore, this is a subject particular enough to deserve a separate entry in my “Anime & Manga Bibliography”.

Index

The essentials
More anime & manga references
Otaku & other popular (sub)culture phenomenons
Japanese culture
Japanese drama & cinema
Japanese economy, geography & history
Japanese language
Japanese literature
Various others

[ Traduire ]

Otaku & other popular (sub)culture phenomenons

(Collectif). Cosplay Girls: Japan’s live animation heroines. Tokyo, DH Publishing (Cocoro books), 2003. 96 pg. $30.00 US. ISBN 978-0-9723124-2-0.

 

(Collectif). Eastern Standard Time: A Guide to Asian Influence on American Culture from Astro Boy to Zen Buddhism. Boston, Mariner Books, 344 pg. $24.95. ISBN 978-0-395-76341-X. See the review in PA.

 

(Collectif). Japan Edge: The Insider’s Guide to Japanese Pop Subculture. San Francisco, Cadence Books, 1999. 200 pg. $19.95 US / $29.95 Can. ISBN 978-1-56931-345-8.

 

AZUMA, Hiroki (Translated by Abel, Jonathan E. & KONO, Shion). Otaku: Japan’s database animals. Minneapolis, University of Minnesota Press, 2009. 144 pg. ISBN 978-0-8166-5352-2.

 

BARRAL, Étienne. Otaku: Les enfants du virtuel. Paris, Denoël (Impacts), 1999. 314 pg. ISBN 978-2-207-24319-2.

 

KELTS, Roland. Japanamerica: How Japanese Pop Culture Has Invaded the U.S. Hampshire (UK), Palgrave MacMillan, 2007. 242 pg. $14.95 / $17.25 Can. ISBN 978-1-4039-8476-0.

 

MACWILLIAMS, Mark W. (Ed.). Japanese Visual Culture. Explorations in the World of Manga and Anime. Armonk NY, ME Sharpe/East Gate, 2008. 352 pg. ISBN 978-0765616029.

 

WEST, Mark I. (Ed.). The Japanification of Children’s Popular Culture: From Godzilla to Miyazaki. Lanham, Scarecrow Press, 2009. 294 pg. ISBN 978-0-8108-5121-4.

 

WICHMANN, Siegfried. Japonisme: The Japanese influence on Western art since 1858. New York, Thames & Hudson, 1981. 432 p. ISBN 978-0-500-28163-7.

Next: Japanese Culture

More Anime & Manga References

We continue our “Anime & Manga Bibliography” — started with the “Essential References” — with more useful anime & manga references.

The books we own are on a yellow background. We have added pertinent links for those who want further details about the listed references.

Index

The essentials
More anime & manga references
general
anime
manga
anime & manga-related merchandizing
Otaku & other popular (sub)culture phenomenons
Japanese culture
Japanese drama & cinema
Japanese economy, geography & history
Japanese language
Japanese literature
Various others

[ Traduire ]

More Anime & Manga References

General

[Collectif] Le petit monde de la japanim’ et du manga (Animeland Hors-Série 5). Paris, Anime Manga Presse, 2003. 260 pg. 8,50 €. [in french]

 

BRENNER, Robin E. Understanding Manga and Anime. Libraries Unlimited, 2007. 356 pg. ISBN 978-1591583325. $40.00.

 

LUNNING, Frenchy (Ed.). Emerging Worlds of Anime and Manga (Mechademia 1). Univ. of Minnesota Press, 2006. 184 pg. ISBN 978-0816649457. $19.95.

 

LUNNING, Frenchy (Ed.). Networks of Desire (Mechademia 2). Univ. of Minnesota Press, 2007. 184 pg. ISBN 978-0816654826. $19.95.

 

LUNNING, Frenchy (Ed.). Limits of the Human (Mechademia 3). Univ. of Minnesota Press, 2008. 184 pg. ISBN 978-0816652662. $19.95.

 

LUNNING, Frenchy (Ed.). War/Time (Mechademia 4). Univ. of Minnesota Press, 2009. 338 pg. ISBN 978-0-8166-6749-9. $21.95.

 

LUNNING, Frenchy (Ed.). Fanthropologies (Mechademia 5). Univ. of Minnesota Press, 2010. 380 pg. ISBN 978-0-8166-7387-2. $24.95.

 

LUNNING, Frenchy (Ed.). User Enhancement (Mechademia 6). Univ. of Minnesota Press, 2011. 320 pg. ISBN 978-0-8166-7734-4. $24.95.

 

LUNNING, Frenchy (Ed.). Lines of Sight (Mechademia 7). Univ. of Minnesota Press, 2012. 302 pg. ISBN 978-0-8166-8049-8. $24.95.

 

LUNNING, Frenchy (Ed.). Tezuka Osamu: Manga Life (Mechademia 8). Univ. of Minnesota Press, 2013. 320 pg. ISBN 978-0-8166-8955-2. $24.95.

 

LUNNING, Frenchy (Ed.). Origins (Mechademia 9). Minneapolis, University of Minnesota Press, 2014. 320 p. $24.95 US. ISBN 978-0-8166-9535-5.

 

LUNNING, Frenchy (Ed.). World Renewal (Mechademia 10). Minneapolis, University of Minnesota Press, 2015. 272 p. $24.95 US. ISBN 978-0-8166-9915-5.

 

MACWILLIAMS, Mark W. (Ed.). Japanese Visual Culture. Explorations in the World of Manga and Anime. Armonk NY, ME Sharpe/East Gate, 2008. 352 pg. ISBN 978-0765616029.

 

PATTEN, Fred. Watching Anime, Reading Manga. 25 Years of Essays and Reviews. Berkeley, Stone Bridge Press, 2004. 384 pg. ISBN 978-1880656921. $18.95 US.

 

SCHMIDT, Jérôme. Génération manga: Petit guide du manga et de l’animation japonaise. Paris : Librio, 2004. 94 pg. ISBN 978-2290333150. € 2.00. [in french]

 

SCHODT, Frederik L. Astro Boy Essays (The). Berkeley, Stone Bridge Press, 2007. 156 pg. ISBN 978-1933330549. $16.95 US.

 

Anime

[Collectif] Kaboom!: Explosive Animation from America and Japan . Sydney, Museum of Contemporary Art, 2005. 160 pg. ISBN 9781875632329.

 

BROPHY, Philip. 100 Anime (BFI Screen Guides). British Film Institute, 2008. 271 pg. ISBN 978-1844570843. $19.95.

 

CAVALLARO, Dani. The anime art of Hayao Miyazaki. Jefferson NC: McFarland, 2006. 204 pg. ISBN 978-0-7864-2369-9. $35.

 

CAVALLARO, Dani. Anime Intersections: Tradition and Innovation in Theme and Technique. Jefferson NC: McFarland, 2007. 210 pg. ISBN 978-0-7864-3234-9. $35.

 

CAVALLARO, Dani. The Cinema of Mamoru Oshii: Fantasy, technology and politics. Jefferson, McFarland, 2006. 248 pg. ISBN 978-0-7864-2764-7.

 

CLARKE, James. Animated Films. London, Virgin Books, 2004. 298 pg. $24.95 US / $37.50 Can. ISBN 978-0-7535-0804-4.

 

DRAZEN, Patrick. Anime Explosion! The What? Why? & Wow! Of Japanese Animation. Berkeley, Stone Bridge Press, 2003. 376 pg. ISBN 1-880656-72-8. $18.95 US.

 

KANNENBERG, Gene. 500 Essential Graphic Novels. The Ultimate Guide. New York, HarperCollins / Collins Design, 2008. 528 pg. ISBN 978-0061474514. $24.95 US / $26.95 CDN.

 

LAMARRE, Thomas. The Anime Machine: A Media Theory of Animation. Minneapolis, University of Minnesota Press, 2009. 385 p. ISBN 9780816651559. (see back cover)

 

LEDOUX, Trish (Ed.). Anime Interviews: The First Five Years of Animerica (1992-97). San Francisco, Cadence Books, 1997. 192 pg. ISBN 1-56931-220-6.

 

LENT, John A. (Ed.). Animation in Asia and the Pacific. Bloomington/Indianapolis, Indiana University Press, 2001. 270 pg. ISBN 978-0-253-34035-7.

 

LEVI, Antonia. Samurai From Outer Space. Understanding Japanese Animation. Chicago, Open Court, 1996. 169 pg. ISBN 0-8126-9332-9.

 

McCARTHY, Helen. 500 Essential Anime Movies: The Ultimate Guide. New York, HarperCollins / Collins Design, 2008. 528 pg. ISBN 978-0061474507. $24.95.

 

McCARTHY, Helen. Anime! A Beginner’s Guide to Japanese Animation. London, Titan Books, 1993. 64 pg. ISBN 1-85286-492-3. £6.99.

 

McCARTHY, Helen. The Anime! Movie Guide. Movie-by-Movie Guide to Japanese Animation. Woodstock, The Overlook Press, 1997. 285 pg. ISBN 0-87951-781-6. $17.95 US.

 

McCARTHY, Helen. Hayao Miyazaki: Master of Japanese Animation. Berkeley, Stone Bridge Press, 1999. 240 pg. ISBN 1-880656-41-8.

 

MANGELS, Andy. Animation on DVD: The ultimate guide. Berkeley, Stone Bridge Press, 2003. 578 pg. $24.95 US. ISBN 978-1-880656-68-X.

 

NAPIER, Susan J. Anime: From Akira To Princess Mononoke. Experiencing Contemporary Japanese Animation. New York, Palgrave, 2001. 312 pg. ISBN 0-312-23863-0. $16.95 US / $23.95 Can.

 

NAPIER, Susan J. Anime: From Akira To Princess Mononoke. Experiencing Contemporary Japanese Animation. Updated Edition. New York, Palgrave, 2005. 356 pg. ISBN 978-1403970527. $17.95 US / $23.95 Can.

 

NARGED, Sid. Anything I Ever Really Needed to Know I Learned from Anime. Townsend MA, Narged, 2008. 100 pg. ISBN 978-0-9793080-3-1. $12.95 US.

 

OMEGA, Ryan. Anime Trivia Quizbook 1. Berkeley, Stone Bridge Press, 2000. 176 pg. ISBN 1-880656-44-2. $14.95 US.

 

OMEGA, Ryan. Anime Trivia Quizbook 2. Berkeley, Stone Bridge Press, 2000. ISBN 1-880656-55-8. $14.95 US.

 

OSMOND, Andrew. Satoshi Kon: The illusionist. Berkeley, Stone Bridge Press, 2009. 128 pg. $18.95 US. ISBN 978-1-933330-74-7.

 

POITRAS, Gilles. Anime Companion (The). What’s Japanese in Japanese Animation? Berkeley, Stone Bridge Press, 1999. 163 pg. ISBN 1-880656-32-9. $16.95 US.

 

POITRAS, Gilles. Anime Companion 2 (The). What’s Japanese in Japanese Animation?. Berkeley, Stone Bridge Press, 2005. 154 pg. ISBN 978-1880656969. $18.95 US.

 

WIEDEMANN, Julius (Ed.). Animation Now! Köln, Taschen, 2004. 576 pg. ISBN 978-3-8228-2588-3.

 

Manga

(Collectif). Critical Survey of Graphic Novels: Manga. Hackensack, Salem Press (Coll. Critical Survey of Graphic Novels), septembre 2012. 400 pages, 2.5 x 20.3 x 26.7 cm, $195 US / $226.20 CND, ISBN 978-1587659553. Available as ebook (electronic format). Readership of 14+. (See short sample).

 

(Collectif). Osamu Tezuka Exhibition. Tokyo, The National Museum of Modern Art, 1990. 352 p.

 

ALLISON, Anne. Permitted and Prohibitted Desires: Mothers, Comics and Censorship in Japan. Hardcover: Boulder, Westview Press, 1996. 224 pg. ISBN 0-8133-1698-7. Paperback: Berkeley, University Of California Press. ISBN 0-520-21990-2.

 

INGULSRUD, John E. & ALLEN, Kate. Reading Japan Cool: Patterns of Manga Literacy and Discourse. Lanham (NY), Lexington Books (Rowman & Littlefield Publ.), 2009. 230 pg. ISBN 978-0-7391-2753-7.

 

KINSELLA, Sharon. Adult Manga: Culture and Power in Contemporary Japanese Society. Honolulu, University of Hawaii Press, 2000. 228 pg. ISBN 0-8248-2318-4.

 

MASANAO, Amano & WIEDEMANN, Julius (Ed). Manga Design. Koln, Taschen, 2004. 576 pg. ISBN 3-8228-2591-3.

 

ORSINI, Alex. Naoki Urasawa: L’air du temps. Montélimar, les moutons électriques (vol. 8 de la «la bibliothèque des miroirs-BD»), mai 2012. 252 pages, 17 x 21 cm, 63 € / $56.95 Cnd, ISBN 978-2-36183-076-2. Lectorat de 14 ans et plus.

 

PEETERS, Benoît. Jirô Taniguchi: L’homme qui dessine (Entretiens). Paris, Casterman, 2012. 192 pg. 20 €. ISBN 978-2-203-04606-1.

 

SIGAL, Denis. GraphoLexique du Manga: Comprendre et utiliser les symboles graphiques de la BD Japonaise . Paris: Eyrolles, 2007. 160 pgs. 17 €. ISBN 978-2-212-11791-2. Recommanded for adults. See my comment.

 

Anime & manga-related merchandizing

MOSS, Marie Y. Hello Kitty® Hello Everything! 25 Years of Fun! New York, Abrams Books, 2001. 72 pg. $17.95 US / $26.95 Can. ISBN 978-0-8109-3444-2.

 

SIGNORA, Guglielmo. Anime d’Acciaio: Guida al collezionismo di robot giapponesi. Bologna, Kappa Edizioni, 2004. 480 pg. € 32,00. ISBN 978-88-7471-067-4. [in Italian]

 

STEINBERG, Marc. Anime’s Media Mix: Franchising Toys and Characters in Japan. Minneapolis, University of Minnesota Press, 2012. 314 pg. ISBN 978-0-8166-7550-0.

Next: Otaku & other popular (sub)culture phenomenons

Weekly notable news (W39)

Another busy week spent brooding about the craziness at work (still 555 weeks before retirement), going to the hospital for another CT enterography for my wife and backing-up my computers to install macOS 10.12 Sierra on both my iMac and Mac Mini. Didn’t have much else on my mind.

To relax we finished watching Dancing on the edge (Brit period drama about a black jazz band, part mystery and part social commentary on racism), the first episode of Maigret (Brit adaptation of Georges Simenon‘s police drama set in the ’50s Paris with Rowan Atkinson in the title role!!! It’s quite good once you’ve passed seeing Mr. Bean face. Now I understand why he never speaks in his sketches: he has a really serious, deep voice!) as well as the first two episodes of the second season of Poldark (yes, another Brit period drama).

And, of course, I still found a little time to stay acquainted with the affairs of the world. I therefore share with you a few notable news & links that I came across this week (in no particular order):

Funnies

Pearl Before Swine: Friday, May 27, 2016

[Reminds me of someone…]
Ben: Wednesday, June 1st, 2016

[ Traduire ]

Tokyo Fiancée / Ni d’Eve ni d’Adam

“La tête pleine de rêves, Amélie, 20 ans, revient dans le Japon de son enfance. Pour gagner sa vie, elle propose des cours particuliers de français et rencontre Rinri, son premier et unique élève, un jeune Japonais avec lequel elle noue une relation intime. Entre surprises, bonheurs et déboires d’un choc culturel à la fois amusant et poétique, elle découvre un Japon qu’elle ne connaissait pas…”

Tokyo Fiancée : Belgique/France/Canada, 2014, 84 min.; Dir./Scr.: Stefan Liberski (d’après le roman d’Amélie Nothomb); Ed.: Frédérique Broos; Phot.: Hichame Alaouie; Mus.: Casimir Liberski; Cast: Pauline Étienne, Taichi Inoue, Julie LeBreton.

« Stupeur et tremblements pourrait donner l’impression qu’au Japon, à l’âge adulte, j’ai seulement été la plus désastreuse des employés. Ni d’Ève ni d’Adam révélera qu’à la même époque et dans le même lieu, j’ai aussi été la fiancée d’un Tokyoïte très singulier. »
                         -Amélie Nothomb.

Ni d’Eve ni d’Adam, par Amélie Nothomb. Paris, Albin Michel, 2007. 252 p. 13.0 x 20.0 cm, 18.20 € / $11.95 Cnd. ISBN 9782226179647.

Tokyo Fiancée nous offre une intéressante réflexion sur la diversité culturelle, l’étrangeté de l’autre, et particulièrement sur la difficulté des couples mixtes à concilier cette différence qui les sépare.

Si le film en lui-même est assez bon, il est aussi une excellente adaptation du roman de Amélie Nothomb. Il y a bien sûr de nombreuses différences entre les deux (quelques scènes manquantes dans le film, la motivation des personnages expliquée plus en profondeur dans le roman) mais dans l’ensemble tout l’esprit du livre est présent dans le film. C’est non seulement agréable et divertissant à regarder mais aussi très intéressant.

Pour plus d’information vous pouvez consulter les sites suivants:

Cette histoire de couple, que ce soit dans le film ou le livre, est particulèrement intéressante lorsqu’on la remet dans le contexte de l’oeuvre (et de la vie) de l’auteur. Elle fait non seulement partie des titres de Nothomb qui sont en partie autobiographiques (mais ne le sont-ils pas tous un peu?) mais est également l’un des éléments de sa “trilogie japonaise”. Stupeur et tremblement raconte le retour de l’auteur au japon, où elle avait passé son enfance, mais traite surtout de ses mésaventures au sein d’une corporation japonaise et comment l’esprit collectif japonais du jeune travailleur y est façonné par des règles strictes et par l’humiliation afin de le conformer au modèle uniforme et docile auquel s’attend la société japonaise — ce qui est toujours pire dans le cas d’une femme. Dans Nostalgie Heureuse, l’auteur raconte son second retour au Japon dans le cadre d’un reportage tourné pour la télévision française. Ni d’Eve ni d’Adam lève le voile sur la partie de l’histoire à laquelle elle avait mainte fois fait allusion sans jamais donner de détails: la relation amoureuse qu’elle a entretenu au cours de son premier retour avec un jeune japonais.

Ayant grandit au Japon, elle s’était toujours considérée comme japonaise mais son expérience durant ce premier retour lui fera réaliser que la nature nippone est beaucoup plus complexe et profonde qu’elle ne se l’imaginait…

Le livre, quant à lui, offre une narration très fluide, parsemé de l’humour sarcastique et un peu déjanté si particulier à Nothomb. C’est une très bonne lecture (comme la plupart des Nothomb).

Pour plus d’information vous pouvez consulter les sites suivants:

[ Translate ]

Weekly notable news [week 31]

Here are a few notable news & links that I came across this week:

Funnies

Non Sequitur: Monday, March 21, 2016 (The two-party detour)

Dilbert: Tuesday, March 22, 2016 (The Elbonian Religion)

[ Traduire ]

Ice Age chronicle of the earth, vol. 1 & 2

Vol. 1: “Dans le futur, tandis que l’humanité tente tant bien que mal de survivre aux conséquences d’un nouvel âge glaciaire, Takéru va devoir se lancer dans une odyssée afin de sauver ses compagnons. À son bras, un bracelet sacré en argent, seul souvenir qui lui reste de sa mère…”

“Saura-t-il faire face à son destin ?”

Vol. 2: “Dans le futur, alors que la fin de l’âge glaciaire se fait sentir, tous les êtres vivants se lancent dans une nouvelle course à l’évolution. Guidé par un Medishin, un Dieu bleu, Takéru devra affronter la Grande Mère pour résoudre le mystère A-D-O-L-F… Le destin de l’humanité pourrait en dépendre…”

Découvrez ce diptyque mythique et visionnaire signé Jirô Taniguchi !

(Texte du site de l’éditeur: Vol. 1 & Vol. 2; voir les couvertures arrières: Vol. 1 & Vol. 2)

Continuez après le saut de page >>

ATTENTION: Peut contenir des traces de “spoilers” (a.k.a. divulgacheurs)! Les personnes allergiques à toutes discussions d’une intrigue avant d’en avoir eux-même prit connaissance sont vivement conseillé de prendre les précautions nécessaires pour leur sécurité et devraient éviter de lire plus loin.

Comme je l’ai déjà dit quand j’ai découvert ce manga, les éditeurs de français (dans ce cas-ci Kana) continue à nous sortir des vieux Taniguchi qui date de l’époque où il faisait plus dans le récit d’action que dans le contemplatif. Et nous en sommes fort heureux!

Ice Age Chronicle of the Earth (地球氷解事紀 / Chikyū hyōkai-ji-ki) a d’abord été publié en feuilleton dans le magazine Morning de Kôdansha en 1987-88 avant d’être compiler en volumes chez Futabasha. Dans les années ’80, Taniguchi écrivait surtout des récits d’action comme Trouble Is My Business, Enemigo ou Garôden, ou des récits qui mettaient en scène la nature et les grands espaces tels que Blanco, K ou Encyclopédie des animaux de la préhistoire. Ice Age Chronicle of the Earth s’inscrit bien dans ces thématiques. Et, si l’on se fit à la bande de couverture de l’édition française ainsi qu’au style de Taniguchi pour ce diptyque visionnaire, c’est une époque où il devait sans doute lire et s’inspirer du magazine français Métal Hurlant

Dans un futur lointain, la Terre est entièrement soumise aux conditions d’un âge glaciaire: la 8e glaciation (glaciation de Murtok). Situé sur Nunatak, une île de l’Arctique, le site minier de Tarpa est exploité par la Régie pour le Développment des Ressources Shivr. Le fils rebel du président de la compagnie, Takéru, y a été exilé afin de le rendre plus mature. Lors d’un accident causé par de l’équipement vieillissant, le directeur de la mine est gravement blessé. Avant de mourir, il remet à Takéru une boite qui contient le bracelet sacré de sa défunte mère et un message de son père qui l’averti que des changements climatiques sans précédents sont sur le point de se produire. Takéru est nommé le nouveau directeur, mais il s’en fout. Toutefois, le cargo qui devait amené le ravitaillement et évacuer la plupart des travailleurs pour le dur hiver arctique est détruit lors d’une attaque de pirate. Un groupe de travailleurs décident d’évacuer quand même dans des navettes de secours mais ils crashent dès qu’ils sont sorti du puit de la mine à cause des vents violents. [ci-contre: p. 33]

Takéru organise une mission de sauvetage mais tout les passagers des navettes sont mort de froid sauf un, qui restera gravement handicapé. Et l’un des sauveteurs meurt dans un accident. Tarpa est maintenant coupé du reste du monde, sans ravitaillement. Takéru escalade donc à nouveau la paroi du puit de la mine afin d’aller investiguer ce qui arrive à la planète et ramener des secours. Mais le monde extérieur est un environnement glacial et hostile, peuplé d’insectes, de baleines et d’ours géants! Et ce ne sera pas les seules surprises: Takeru entrevoit dans une crevasse, le sarcophage d’un géant bleu! Grâce à une caravane de chameaux des glaces, ils échappent aux tournades et autres dangers de l’Inlandsis, et parviennent à un village. Là, une vieille chamane révèle à Takeru la prophétie: les Medishin, dieux géants bleus qui étaient venu les avertir de la longue saison de glace, se réveilleront pour les guider dans une nouvelle ère. Car “la Terre qui dormait sous la glace depuis des centaines de générations a commencé à ouvrir les yeux. Bientôt… Les montagnes, les forêts, les rivières se mettront en colère…” Les événements sont déjà en marche dans le sud. C’est là que Takéru doit se rendre !

Extraits des pages 15, 21 et 204 du premier volume

Takéru et son petit groupe tente de rejoindre la capitale, Abyss. Ils atteignent d’abord le dépôt logistique de surface Earliss II, où ils trouvent quelques survivants et un vieux cargo de transport aérien. L’ordinateur de la base confirme leur craintes: l’axe de rotation de la planète à changé, il y a une activité volcanique accrue, une hausse de gaz carbonique, un réchauffement de la température et donc une rapide fonte des glace. La période glaciaire est terminée! Les cendres d’une éruption volcanique endommagent les moteurs du cargo qui crash dans une gigantesque forêt vivante et carnivore! Ils continue leur voyage sur une rivière à l’aide d’un radeau de fortune, puis monte à bord d’un prospecteur robotisé. Ils apprennent que la capitale est inondée, envahit par la forêt, en ruine. L’océan végétal ne tarde pas à attaqué aussi leur véhicule, à l’aide d’une sève acide. Takéru ressent la conscience collective d’un arbre géant. Il se souviens avec horreur des êtres sans racines. Mais le dieu bleu apparait et calme l’arbre… Il révèle à Takéru que lui aussi a le pouvoir de communiquer avec la conscience de la planète.

En chemin vers Abyss, Takéru rencontre un transport de troupe écrasé avec de nombreux survivants, qui sont tous des enfants qui avaient été évacués en premiers. Toutes créatures vivantes, végétales ou animales, évoluent à un rythme fou, créant de nouveaux germes mortels. La forêt les attaque à nouveau, plein de haine contre l’humain mais Takéru réussi à la calmer. Pendant ce temps à Abyss, l’ordinateur central est devenu fou et se prend pour dieu, l’architecte d’un nouveau monde. Prenant exemple sur la nature, il utilise sa super-technologie pour créer une nouvelle race d’humain: A.D.O.L.F. (Acides aminés Dieldrine Opéron Ligand Flux cytométrique). Un nouvel ennemi qui tente d’éliminer l’humanité superflue. Mais en s’alliant avec la forêt, Takeru vaincra. Se sera l’aube d’une nouvelle ère où l’humanité, avec une conscience étendue, pourra cohabiter avec la nature…

Extraits des pages 13, 57 et 201 du second volume

Ice Age Chronicle of the Earth (sans blague, l’éditeur ne pouvait pas trouver un titre en français?), offre une bonne histoire de science-fiction cataclysmique, quoique un peu précipité vers la fin. Le style artistique du early-Taniguchi est bien (pas aussi bon que ses oeuvres plus récentes, bien sûr) mais souvent très inégal (on sent les délais de production liés à la prépublication en série dans les magazines!). J’ai aussi déjà noté plus haut qu’il me semblait discerner dans cette oeuvre de Taniguchi l’influence de la BD française de la bonne époque de Métal Hurlant (Moebius, Druillet) mais dans le second volume il me semble possiblement entrevoir dans les scènes cataclysmiques aussi quelques influences du Akira (1982-90) d’Otomo et du Nausicäa (1982-94) de Miyazaki

Dans l’ensemble c’est une très bonne lecture. Une sorte de fable écologique qui est toujours d’actualité. Ce n’est pas parfait mais, avec Taniguchi, un manga ne peut être qu’agréable. À lire.

Ice Age chronicle of the earth vol. 1 & 2, par Jirô TANIGUCHI. Paris: Dargaud (collection Kana: Made In), mai et septembre 2015. 272 & 224 pgs, 16.3 x 23.2 x 2 cm, 18.00 € / $31.95 Ca, ISBN: 9782505063643 & 9782505063650. Recommandé pour public adolescent (14+).

Pour plus d’information vous pouvez consulter les sites suivants:

Ice Age chronicle of the earth © 2002 Jirô TANIGUCHI. Édition française © 2015 Kana (Dargaud-Lombard s.a.).

[ Translate ]

Le chat du Rabbin 06: Tu n’auras pas d’autre dieu que moi

“Le grand retour du Chat du rabbin !”

“Le Chat est désespéré : sa maîtresse, Zlabya, est enceinte… Que va-t-il se passer ? S’intéressera-t-elle encore à lui ? Pourra-t-il encore être caressé, pourra-t-il la voir quand il le voudra ? Quelle sera sa place ? Ne devrait-il pas partir et chercher une autre maison ?”

“Joann Sfar retrouve avec un bonheur évident l’univers du Chat du rabbin et livre une éblouissante histoire pleine de tendresse et d’amour.”

[ Texte du site de l’éditeur; voir aussi la couverture arrière ]

Continuez après le saut de page >>

ATTENTION: Peut contenir des traces de “spoilers”! Les personnes allergiques à toutes discussions d’une intrigue avant d’en avoir eux-même prit connaissance sont vivement conseillé de prendre les précautions nécessaires pour leur sécurité et devraient éviter de lire plus loin.

C’est un bon album mais j’ai tout de même été déçu. Le style brouillon est toujours moche mais je m’y suis habitué. Avec un titre pareil, je m’attendais à quelques grandes révélations mystiques, mais non. C’est juste une histoire existentielle de chat.

Le chat fait face aux affres de l’abandon: non seulement sa maîtresse s’est marié mais elle attends maintenant un enfant. Il ne peut comprendre ni accepter qu’elle adore qui que ce soit d’autre que lui (d’où le titre, sans doute). Il cherche d’abord le réconfort auprès du maître et de sa religion dont il se moque: “Moi, en une minute, j’ai mille idées. Vous depuis mille générations vous ânonnez les mêmes formules!” Mais le rabbin trouve réconfort dans la présence immuable du Livre et de ses prières. Alors le chat, doté de raison et de parole mais athée, s’essaie aussi à la prière. “Les autres, ils ont l’air content. Alors moi, je vais faire le content aussi (…). Dis, Dieu. Les autres, ils t’ont trouvé pour de vrai? Ou alors ils font comme moi?” Il psalmodie des prières en se dandinant à l’unisson avec les autres. Sa tête se vide de ses pensées et il trouve le vide. Est-ce que le vide est une fin en soi?

Le temps a passé trop vite et l’enfant est né. Après une longue hésitation le chat quitte ses maîtres pour une vie normale de chat dans la rue, mais même pour ça il n’est pas doué. Dans les égouts il rencontre un rat qui lui promet de lui faire découvrir une vérité sur les hommes s’il lui laisse la vie sauve. Il lui montre la patronne d’un hotel qui trompe son mari avec deux étudiants qui ne peuvent payer leur chambre. Ça les rends heureux. Le chat décides d’user de son pouvoir de la parole et de leur dire la vérité: l’un des étudiants quitte sans même prendre sa valise, l’autre se suicide. Le chat mange le rat.

La chat n’a trouvé sa place nulle part. Alors même si il a été jaloux, même si sa situation n’est pas idéale, il décide de retourner dans sa famille. Il reparle à sa maîtresse. En fait, il n’a été parti que trois heures! Mais chaque instant sans elle est trop long!

Est-ce la fin? Il y aura-t-il un autre tome dans un an ou dix ans? Peu importe. C’est un beau conte qu’il valait bien la peine de lire.

Joann Sfar est un auteur très prolifique: il a produit plus de cent-cinquante bandes dessinées! En janvier, Paris-Match l’a rencontré pour un interview. Il a quarante-quatre ans et vit seul dans un appartement parisien avec ses chats. En plus de la BD, il est aussi peintre, caricaturiste, écrivain et réalisateur de films. Alternativement avec Sempé, Paris-Match lui a offert un page pour remplacer Wolinski, décédé dans les attentats du 7 janvier 2015.


Le chat du rabbin 6. Tu n’auras pas d’autre dieu que moi , par Joann Sfar (couleur par Brigitte Findakly). Paris, Dargaud (Coll. Poisson Pilote), août 2015. 22.5 x 29.5 cm, 56 pg., 12.99 € / $22.95 Can. ISBN: 9782205073539. Recommandé pour adolescents (12+).

Pour plus d’information vous pouvez consulter les sites suivants:

Voir aussi mes commentaires sur les volumes précédents:

Le Chat du Rabbin © 2015 Dargaud.

[ Translate ]

Animeland #209

AnimeLand est le 1er magazine français sur l’animation japonaise et internationale, les mangas et tout l’univers otaku en France. News, chroniques, interviews, articles et dossiers vous attendent dans les magazines AnimeLand et AnimeLand X-tra et sur le site AnimeLand.com !”

Comme je l’ai déjà mentionné dans un article précédent (sur l’acquisition du magazine par Anime News Network), j’ai toujours grandement admiré ce magazine fondé par Yvan West Laurence et Cédrik Littardi en avril 1991 (que j’avais d’ailleurs rencontré à San Jose, Californie, lors de la toute première convention nord-américaine entièrement consacrée à l’anime, AnimeCon, à la fin de l’été 1991). AnimeLand est rapidement devenu le meilleurs magazine sur l’anime et le manga hors-Japon et pas seulement en langue française. À tout les deux mois le magazine offre une centaines de pages, toutes en couleurs, pleine à craquer d’information essentielle sur l’anime et le manga. Un must pour le fan averti.

AnimeLand #209 est un numéro un peu spécial car, en plus d’être un peu plus volumineux, il célèbre le vingt-cinquième anniversaire du magazine.

Lire la suite après le saut de page >>

En plus des chroniques et critiques habituelles, ce numéro regorge d’information intéressante. On y retrouve, entre autre, un large dossier (pp. 22-47) sur les studios d’animation japonaise qui ont marqué la France (Toei, Mushi, Tezuka Pro, Tatsunoko, Nippon Animation, TMS, Sunrise, Madhouse, Pierrot, Gainax, Ghibli, Production I.G. et Gonzo). Cela nous permet de faire un petit survol de l’histoire de l’animation japonaise.

On retrouve également un dossier sur Fukushima (pp. 80-83), où la catastrophe nucléaire nous est présenté par le prisme des mangas. On y aborde Je reviendrai vous voir de George Morikawa et Nobumi (chez Akata), Daisy, Lycéennes à Fukushima de Reiko Momochi (chez Akata), Colère Nucléaire de Takashi Imashiro (chez Akata) ainsi que de Au coeur de Fukushima par Kazuto Tatsuta (chez Kana).

Il y a aussi des dossiers qui nous introduisent à l’oeuvre de deux mangaka, avec des interviews en complément (pp. 86-89, 92-95): Ayako Noda (Le monde selon Uchu, chez Casterman) et Masato Hisa (Jabberwocky chez Glénat et Area 51 chez Casterman).

Finalement on retrouve un reportage sur les vingt-cinq ans du magazine (pp. 119-125), qui aborde l’émergence de la pop culture japonaise en France, les débuts du fanzine AnimeLand et qui offre quelques témoignages de lecteurs. Quelques autres reportages nous présente l’association de maquettistes Anigetter (pp. 116-17), Komikku Éditions (pp. 126-27), et le jeu multijoueur en ligne Transformice (pp. 128-29).

Le reste du numéro est consacré aux chroniques habituelles. La section Simulcast (p. 8-9) donne un aperçu des séries du printemps au Japon. La section Enquête (pp. 16-19) jète un regard sur le fonctionnement des salons et conventions. La section Tendances (pp. 13-15) introduit le phénomène des web novels, à mi-chemin entre le light novel et la fanfiction. La section Animation (pp. 50-77) couvre beaucoup de terrain: Hana & Alice mènent l’enquête, Fusé: Memoirs of the Hunter Girl, Amer Béton, Kung Fu Panda 3, Le Rakugo ou la vie, Grimgar, Dimension W, Little Witch Academia, Erased, interviews avec l’animateur autrichien Bahi JD, ainsi que le directeur Shin’ichirô Watanabe, portaits de la musicienne Yoko Kanno et du voice-actor Pierre Trabaud. Finalement, la section Manga (pp. 78-79, 84-85, 90-91) nous offre de l’information sur Le monde de Ran (par Aki Irie, chez Black Box), Burning Tattoo (par Emmanuel Nhieu, chez Ankama) et Père & Fils (par Mi Tagawa, chez Ki-oon).

C’est donc un numéro très riche en information d’actualité pour les amateurs d’anime et de manga. Ma seule complainte est que, malheureusement, les articles manquent souvent de détails (éditeur, date de parution, etc.) qui serait plutôt utile aux lecteurs afin de retracer et acquérir les titres mentionnés. Il vaut toujours mieux donner trop d’information que pas assez. La plupart du temps on retrouve un encadré qui rappel et regroupe ensemble tout les détails de parutions des titres mentionnés mais ce n’est toujours le cas. Le faire systématiquement serait une excellente idée. Malgré ce détails, AnimeLand demeure un must pour les fans.

AnimeLand #209 — Avril/Mai 2016 [Collectif dirigé par Émilie Jollois et Christopher Macdonald]. Paris, AM Media Network, avril 2016. 134 p. 6.95 € / $19.95 Cnd. ISSN 1148-0807. Lectorat adolescent (12+).

Pour plus d’information vous pouvez aussi consulter les sites suivants:

[ Translate ]