Haïku du dimanche

Las de vivre cette vie au pas de course
Telle la fourmis, toujours occupée, fatiguée —
Enfin le printemps, que je me repose un peu

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *