Movie capsule-reviews (02.017.204)

Valerian and the City of a Thousand Planets

The latest Luc Besson’s movie (The Professional, Fifth Element, Lucy) is based on the comic series Valérian and Laureline by writer Pierre Christin and artist Jean-Claude Mézières. That series is one of my favourite comics and it has a quintessential place in my heart as it is one of the series that made me discover science-fiction (in the comic magazine Pilote). The movie looks like a Fifth Element on speed and a darker Star Wars. It respects the spirit of the comic but doesn’t really FEEL like it. However, despite many criticism I’ve heard, I found the acting to be faithful enough to the original characters (at least as they were portrayed in the latest albums): a somewhat clumsy Valerian (however, I admit that, barring some occasional heroism, he is far from being an action hero in the comic) and an intelligent, kick-ass and beautiful Laureline! I am also sure that some dumbass will complain that the spaceship looks a little like the Millenium Falcon in Star Wars but, since the comic series was created ten years before Lucas’ franchise, I am sure it is the other way around.

Although the title might let us believe that it’s an adaptation of the Empire of a Thousand Planets, the movie’s story is, in fact, based on Ambassador of the Shadows (the sixth album: L’ambassadeur des ombres) and is relatively faithful to the original. However, in the movie, Central Point is rename Alpha and its origin story has unfortunately been changed to make it centred on Earth (it evolved from the Space Station) and the humans are kind of in control of the Council (this human-centred aspect goes against the spirit of the comic — although it reflects the imperialistic ambition of the humans in the comics). We find in the movie some of the critters from the original story like the shingouz (the three informants) or the transmuteur grognon de Bluxte (the converter) — but the role of the latter is quite different. And the biggest change of all: in the original story it is Laureline who conducts the investigation to save Valerian who was captured with the ambassador (and not the contrary as in the film). And of course the movie ending is more positive (for Earth) than in the comic but it is still a kind of love story between Valerian and Laureline. All in all, it is a nice adaptation of the original story.

My only complain is that the time-traveling aspect has been totally erased from the story — because, above all, Valerian & Laureline are spatio-temporal agents! That omission is rather annoying. But, since there will never be another Valerian comics (unless, of course, the authors feel the movie’s pressure), this adaptation is surely the next best thing (slightly above the animated tv series). The 3D effects are superb and provide quite an immersive experience. The story is good, the acting great and the movie offers excellent workmanship (although quite expensive). I can’t ask for more. All in all, despite the fact that the reviews are not that good (maybe people can’t appreciate french sci-fi?), I was entertained and enjoyed it thoroughly.

[ GoogleIMdBWikipediaYoutube ]

💊     💊     💊

Fantastic Beast and where to find them

This movie is really fleshing out the Harry Potter universe and giving it a different perspective, this time from 1926 New York (the relations between wizards and no-majs [muggles] is completely different). It makes the Potter’s alternate universe much more interesting. The acting is good but it is especially the designs and the special effects for the beasts that are commendable — although by moments it looks a little too much like a bestiary (menagerie catalog). The period sets and costumes are really excellent. Over all it’s quite a good entertainment. I am looking forward for the next movie (after taking the effort of creating an all-new cast of characters for this spin-off, I guess it would be a shame not to make it at least a trilogy!). Strangely, the extras on the BluRay Disc are almost as long as the movie itself!

[ AmazonBiblioIMdBOfficialWikipediaYoutube ]

💊     💊     💊

Silence

The movie is set in the same era than the TV mini-series Shogun (James Clavell‘s best-selling novel was inspired by the fascinating life of English navigator William Adams). While Shogun was mainly concentrating on the political reasons that brought Tokugawa Ieyasu to ban christianity and the Jesuits from Japan, Silence explores the religious reasons. The Japanese mind-set (buddhism, shinto) was said to be incompatible with the Church teachings which was often distorted by the local followers. Also, like in the 2nd century Roman Empire, a religion empowering the poor and disfranchised was seen as subversive. Finally, the shogunate was quite wary of the political interferences caused by the religious and economical rivalries between the European superpowers of the time (Spain, Portugal, England, Netherland). Japanese had no patience toward the European arrogance, although they would gladly use their knowledge (medicine, science, technology) when it was needed and trade with the Dutch — who didn’t care much about spreading their religion.

Along with The Last Temptation of Christ and Kundun, Silence is part of a trilogy of movies where Scorsese explores the struggle with faith, a subject that seems dear to him. Based on the novel by Shūsaku Endō (which had already been adapted to the screen in 1971 by Masahiro Shinoda), the story is inspired by the life of Giuseppe Chiara, an Italian Jesuit who went to Japan during the Kakure (hidden) Kirishitan period in search for fellow priest Cristóvão Ferreira. In many aspect, Silence is similar to The Last Temptation as the main character wonder why the terrible suffering he witnesses is met only by God’s silence. He is also constantly pushed to renounce his faith by Japanese officials and then tempted by his tormentors to reveal he didn’t!

It is a quite beautiful movie on a very interesting and deep subject (although, personally, I find it hard to comprehend how people could endure this kind of hardship for such a silly belief) but it is a bit long, cerebral and offers several cruel scenes. Despite great acting, the movie received quite a lukewarm reception, not so much amongst the critics [see reviews from The Guardian, The Atlantic, The New Yorker] as from the public (the box office was abysmal). It’s understandable for a beautiful but difficult movie that was released against a though competition (the Martin Luther King holiday weekend also saw the release of Hidden Figures, La La Land and Rogue One: A Star Wars Story !!!). Despite all this, I liked it very much.

[ AmazonBiblioIMdBWikipediaYoutube ]

💊     💊     💊

Warcraft

Even if I never played any of the World of Warcraft games, I liked this fantasy movie because somehow it felt familiar. The world is obviously well developed (i.e. numerous video games, novels and comics), the story is interesting, the acting is good enough and the special effects are excellent. When it comes to those so-called “blue-screen” movies (actually they’re green), where most of the scenes involves some sort of special effects, I am always afraid the story will be shallow, but it is not the case here. Despite the fact that there has been plenty of other high fantasy movies and TV series around recently (The Hobbit & Lord of the rings, Shannara Chronicles, etc.), this one offer something original enough to be interesting and entertaining. Of course, you still have humans, dwarves, elves and, most importantly, orcs, but the mix doesn’t feel stale. It is interesting to note that Warcraft was directed by Duncan Jones (Moon, Source Code), the son of David Bowie.

Although the ending clearly leave the way for a sequel, none has been produced or announced so far (after a year). The movie did quite well at the box office (nearly three time its budgets) but probably not as much as expected or at least not enough to entice the producers to green-light a sequel. And to me that’s probably the most disappointing aspect of this movie. However, SOMEONE was obviously disappointed by the movie (the game fans? the muggles?) because the critics were not very good (seriously? 28% on Rotten Tomatoes!). Well, it was good enough for me.

[ AmazonBiblioIMdBWikipediaYoutube ]

💊     💊     💊

Il Divo

After seeing Paolo Sorrentino’s The Great Beauty, Youth and his TV series The Young Pope, we were curious about his only major film that we hadn’t watch yet. It doesn’t have the depth and beauty of the other movies, but the story is interesting from an historical point of view. I vaguely remember earring in the news about events like the Aldo Moro’s kidnapping and murder in 1978, but don’t know much about the Italian political scene. So, I learned a lot with this movie. It is a biographical drama about Italian seven-time prime minister Giulio Andreotti who allegedly had ties with the mafia — most of his opponents or critics were murdered — but nothing was ever proven in court. It is set between his seventh election in 1992 and his failed bid for presidency and trial in 1995. Like most European movies, it has a slow pace and long scenes so north American viewers can be easily bored (although there’s a lot of violence). But for me it was worth seeing.

[ AmazonBiblioIMdBWikipediaYoutube ]

💊     💊     💊

[ Traduire ]

Promenade au jardin

Nos horaires et la température nous ont finalement permis de retourner faire une promenade au jardin botanique cet après-midi. C’est juste ce qu’il nous fallait pour refaire le plein de vert, de nature et de fleurs. Il parait que c’est bon pour la santé. Malheureusement ont a manqué le meilleurs des roses de juin — il en restait mais elles avaient passé de meilleurs jours. Nous étions toutefois juste à temps pour apprécier les lis de juillet. Bien sûr, le jardin est splendide en tout temps. Voici quelques échantillons de ce que nous avons pu observer :

La nature en mouvement

(iPhone 6s & Nikon D3300, Jardin botanique, 2017-07-23)

[ Translate ]

SaveSave

Images du chat-medi

Caramel sleeps on shoes / Caramel endormi sur des souliers
Caramel sleeping on shoes(iPhone 6s, 2017-07-20)

Saya on the couch

Saya sleeping on the couch and taking all the space for himself

Saya dors sur le fauteuil et prends toute la place

(iPhone 6s, 2017-06-24)

 

Kittens not forgotten
Les chatons sont toujours en cage mais on ne les oublis pas. Il y a un prospect d’adoption à l’horizon… si tout va bien !

Kittens are still in cage but are not forgotten. There’s a potential adoption on the horizon… we hope it’ll all go well !

(iPhone 6s, 2017-07-22)

 

SaveSave

SaveSave

SaveSave

Impression 3D

L’arrondissement ayant acquis une imprimante 3D pour partager entre les bibliothèques, les employés ont reçu ce matin une petite formation pour les introduire à l’impression 3d et au mouvement “maker”. Après avoir expliqué le fonctionnement de l’imprimante (la DittoPro par Tinkerine, un fabriquant canadien), comment la callibrer, obtenir ou modéliser des fichiers, les préparer pour l’impression (slicing), les employés ont eu droit à quelques démonstrations d’impression (un écusson de Wonder Woman, un surfboard pour personnage Lego™). J’avais déjà beaucoup entendu parler d’impression 3d dans des reportages mais n’avais jamais eu d’expérience “hand-on”. C’était fort impressionnant.

L’engouement pour les Fab Labs a donc atteint les bibliothèques et on en retrouve déjà quelques uns à Montréal, principalement à Benny et à la BANQ. Avoir une imprimante 3D pour soi c’est un peu cher ($2500) mais les Fab Labs (Fabrication Labs et non Fabulous Labs, comme je l’avais d’abord imaginé — quoique cela s’applique aussi) offrent une alternative pratique. Ça me démange beaucoup d’aller y faire un essai! À suivre…

[ Traduire ]

SaveSave

SaveSave

Vie de bibliothèque

En bibliothèque on observe l’Humain sous toutes ses formes, du meilleur au pire, en passant par toutes les couleurs de l’absurde. Évidemment, on a inévitablement le désir de partager une telle expérience transcendante que ce soit par l’anecdote humoristique ou la thèse philosophique. Certains écrivent des livres, comme le Quiet, Please: Dispatches From A Public Librarian de Scott Douglas, mais l’on voit aussi beaucoup de blogues où les gens qui oeuvrent en bibliothèque à tous les niveaux s’expriment et s’épanchent par le rire, la rage ou l’aberration, par souci de partager ou besoin thérapeutique. On retrouve donc le blogue anecdotique, le blogue d’information, et le blogue collaboratif. De l’autre côté du miroir, il y a aussi le blogue de lecteur: dans le style blogue “club de lecture” (comme Les Irrésistibles, où j’ai récemment commencé à collaborer) ou simplement les blogues “coup de coeur” (comme le font Prospérine, Fractale Framboise, Sophie LitMon Coin Lecture et tant d’autres). Il y a aussi les innombrables pages Facebook…

La nouvelle tendance est aux web comics dont le plus connu et apprécié était unshelved (par Gene Ambaum et Bill Barnes, et dont j’ai déjà amplement parlé), qui a finalement été remplacé par Library Comic (par Gene Ambaum et Chris Hallbeck, beaucoup moins intéressant que la version précédente) et, l’objet de ce billet, j’ai récemment découvert Vie de Bibliothèque (par Sam?) qui a le sublime avantage d’être local — quoique mes lectures m’ont apprise que la vie de bibliothèque semble similaire (et tout aussi absurde) où que l’on soi dans le monde… En voici un exemple (voir la page FB pour plus):

Le livre mal classé

[ Translate ]

Pline #1

La grande fresque historique par l’auteure de Thermae Romae.

“Pline était un naturaliste de la Rome antique dont la vie entière fut guidée par une imagination sans limite et un amour inconditionnel de la recherche. Son Histoire naturelle est une encyclopédie monumentale née d’une inextinguible soif de connaissance appliquée à l’ensemble des phénomènes se produisant sur notre planète. Aujourd’hui, nous ne disposons que de très peu de sources nous permettant de nous faire une idée de l’homme qu’était Pline, aussi devons-nous nous en remettre à notre imagination. Un exercice qui, personnellement, me donne la chaire de poule ! Comme j’aimerais que nous puissions remonter dans le temps, mon complice de choc et moi-même, afin de vivre en immersion dans le monde de celui que je considère aujourd’hui comme un mentor !” — Mari Yamazaki (rabat de couverture intérieur et site de l’éditeur)

J’ai découvert ce superbe manga par un article dans un numéro récent d’Animeland. Pline (titre original: プリニウス / Plinius ) est une biographie du naturaliste romain Pline l’Ancien par Mari Yamazaki (Thermae Romae) et Miki Tori. Prépublié au Japon par Shinchôsa dans le périodique Shinchô 45, ce manga seinen, qui est toujours en cours, a déjà cinq tomes de paru au Japon dont trois ont été traduit en français par Casterman.

Le premier volume débute avec Pline s’apprêtant à évacuer Pompéi lors de l’éruption du Vésuve en 79. Il ne se presse pas, prend le temps de prendre un bain et de manger avec son hôte, Pomponianus, car il veut sans doute observer l’éruption aussi longtemps que possible. Il semble n’avoir aucune crainte, contrairement à son scribe, Euclès. Le chapitre suivant nous raconte, en flashback, comment Pline a rencontré Euclès. La maison de celui-ci venait d’être détruite par une éruption de l’Etna et Pline était de passage en Grande-Grèce (Sicile) pour inspecter les lieux et faire office de gouverneur substitut. En mal d’un scribe pour prendre en notes ses observations, il engage Euclès, qui a une formation de grammairien. Toutefois il doit couper court à sa tournée lorsque l’empereur Néron, qui souhaite sa présence pour un concert, le rappel à Rome. Il choisit cependant de rentrer non par bateau mais par la route, ce qui lui permettra de continuer à faire des observations.

Le récit est entrecoupé par ce qui se passe à Rome, à la cour de Néron: les cauchemar que lui laissent encore les souvenirs d’une mère dominatrice, sa concubine Poppée qui le presse pour le mariage et que faire de sa femme, Octavie, qu’il a exilé dans l’île de Pandataria ? Il nous est présenté comme un artiste troublé, au caractère instable, qui n’est pas fait pour diriger un état mais qui est bien entouré, notamment par Vespasien. Après un arrêt à Puteoli pour un bain, Pline arrive enfin à Rome. Il habite dans un quartier mal famé, où se côtoient voleurs et prostitués. Il y rencontre par hasard Néron… Le volume se termine sur une interview avec les auteurs, qui discutent la genèse de leur manga.

Après avoir complété Thermae Romae, Mari Yamazaki voulait faire quelques choses de sérieux sur la Rome Antique et Pline s’est offert comme un sujet tout naturel. Elle s’inspire beaucoup (et cite abondamment) son Histoire Naturelle (Historia Naturalis), une sorte d’encyclopédie en trente-sept volumes qui rassemble la somme du savoir romain de l’époque et qui nous est maintenant très utile pour comprendre cette grande civilisation de l’antiquité. Toutefois, les hypothèse scientifiques de Pline ne sont pas toujours très solides, tombant parfois dans le farfelu et il inclut dans son ouvrage la description de créatures mythologiques comme si elles étaient véritables. Mais même cela nous en dit beaucoup sur la mentalité romaine, prompte à la superstition.

Normalement, les mangas sont le fruit du travail d’un dessinateur et d’un scénariste. Toutefois, dans ce cas-ci, il s’agit de deux artistes: non pas un artiste qui travail avec des assistants (comme c’était le cas pour Thermae Romae) mais bien deux artistes qui collaborent ensemble. Mari Yamazaki se charge du storyboard et du dessin des personnages, alors que Tori Miki se charge de dessiner en détails les paysages et les décors. Yamazaki semble intéressé à établir une corrélation entre la Rome antique et le Japon: déjà avec Thermae Romae elle avait traité de leur engouement mutuel pour les bains publiques et, avec Pline, elle exploite le fait que ces deux civilisations ont sans doute une certaine affinité car elles ont tous deux eut à vivre avec la constante menace des catastrophes due aux séismes et aux volcans: les éruptions du Vésuve et de l’Etna en Italie et les tremblements de terre de Kōbe (1995), de Tōhoku (2011) et Kumamoto (2016) au Japon.

Évidemment, l’histoire de Pline n’est pas un manga qui va passionner tout le monde car on n’y retrouve pas d’action ou de combats mais il offre un sujet très humain sur la curiosité, la découverte de l’univers qui nous entoure et la recherche constante de connaissances. C’est un récit biographique où l’on suit trois personnages: Pline, bien sûr, mais aussi son secrétaire Euclès et l’empereur Néron. On découvre peu à peu leur caractère, leur psychologie. C’est aussi une façon assez extraordinaire de découvrir la civilisation romaine et l’oeuvre de Pline. C’est vraiment intéressant, passionnant même, pour un amateur de manga historique. Et il ne faut surtout pas oublier la superbe qualité artistique du travail de Yamazaki et Miki. En conclusion, ce manga est un incontournable pour tout amateur d’histoire, de Rome et, bien sûr, de Yamazaki !

Extraits: pages 49, 52-53 et 88
Pline, vol. 1: L’appel de Néron, par Mari Yamazaki et Tori Miki. Paris: Casterman (Coll. Sakka), Jan. 2017. 200 pg, 13 x 18 cm, 8,45 € ($15.95 Cnd), ISBN: 978-2-203-13243-6.

[ AmazonBiblioGoodreadsWikipediaWorldcat ]

Pline © 2014 Mari Yamazaki, Tori Miki. © 2017 Casterman pour la traduction française.

[ Translate ]

Lettre à l’arrondissement

Mme la mairesse d’arrondissement
M. le conseiller de Saint-Michel,

J’ai quelques questions que j’espère vous aurez, cette fois, l’obligeance (sinon la décence) de répondre.

En novembre dernier, suite à une annonce dans le journal de St-Michel (“Toujours à l’écoute de vos besoins, nous vous invitons à nous faire part de vos demandes et commentaires”) qui incitait les citoyens à envoyer leur questions par courriel à leurs conseillers (jusqu’alors, quand j’avais un problème, je me déplaçais au bureau de mon conseiller — que je n’ai jamais rencontré par ailleurs mais sa secrétaire à toujours fait en sorte que les problèmes soient réglés de façon satisfaisante), je vous ai écrit au sujet d’un grave problème de gestion animalière dans notre arrondissement (j’ai par la suite publié cette lettre sur mon blogue et ma soeur, co-signataire, vous l’a très récemment envoyé de nouveau). Je n’ai jamais eu de réponse, ni même d’accusé-réception!

Je ne vous répèterai pas ici le contenu de la lettre (pour cela je vous réfère à mon blogue où le sujet est abondamment documenté par des hyper-liens) mais je me permet d’insister sur le fait que, cette année, la situation est pire: une dizaine de chats errants (deux femelles, cinq chatons, un mâle dominant et deux prétendants) font un véritable ravage dans le jardin de ma cour arrière. Non seulement la situation était-elle devenue intolérable mais apparemment les règlements municipaux nous menaces d’amendes si l’on “tolère” des animaux errants dans notre cour (?!).

Je n’ai donc pas eut le choix d’attraper tout ce beau monde (du moins les femelles et les chatons) mais maintenant qu’en faire? Les refuges privés sont toujours bondés (particulièrement à ce temps-ci de l’année où il y a beaucoup d’animaux abandonnés), c’est très difficile de trouver de bons samaritains pour adopter autant de chats et la seule solution officielle offerte est le Berger Blanc, qui a très mauvaise réputation (l’an dernier un employé m’a avoué que 100% des animaux errants y étaient euthanasiés) et que je me refuse à utiliser. J’espère trouver une place pas trop chère pour faire stériliser les deux femelles (et ensuite relâcher au moins la plus vieille des deux, sinon les deux, pour faire un TNR — “trap, neuter & return”) et trouver des gens pour adopter les chatons. Aux États-Unis et aux Canada anglais la plupart des villes ont des programmes subventionnés pour la stérilisation gratuite ou à bas prix ($15-$20) pour les animaux errants mais ici cela va me coûter autour de $60-$80 chacune! Avez-vous des suggestions?

Donc, suite à ce trop long préambule de contexte (je m’en excuse), j’aimerais bien que vous répondiez à ces deux questions:

  1. Comment cela se fait-il que notre arrondissement fasse affaire avec le refuge qui a la pire des réputations, le Berger Blanc, et non avec la SPCA comme beaucoup d’arrondissements environnants (Anjou, Montréal-Nord, Plateau, Rosemont, etc.)? Si VSP faisait affaire avec la SPCA cela serait déjà un peu mieux…
  2. Comment se fait-il que la ville repousse sans cesse la construction de son propre refuge animalier (dans notre arrondissement)? Aux dernières nouvelles il était maintenant annoncé pour 2019 !!!

Tant qu’à vous écrire j’aurais encore quelques questions sur d’autres sujets:

Comme vous le voyez je ne me gène pas pour commenter les absurdités municipales que j’observe que ce soit des problèmes de déneigement ou la politique de contraventions abusives sur Saint-Roch…

Merci de me lire et, surtout cette fois, de répondre à mes questions…

[ Translate ]

Image du chat-medi

Caramel et Saya se partagent mon nouveau fauteuil
IMG_0612
(iPhone 6s, 2017-07-03)

J’en profite pour rappeler que nous cherchons toujours une place pour faire stériliser deux chats errants (femelles de 2 ans et 1 an) à bas prix, ainsi qu’un refuge ou de bons samaritains pour adopter la plus jeune des femelles et leur cinq chatons. Ça fait maintenant trois semaines: ça urge!! Voir mes entrée précédentes pour les détails et merci infiniment de passer le mot en partageant!

[ Translate ]